Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Programme Local de Prévention, année 5, Syndicat Mixte du Pays de Sarrebourg

Syndicat Mixte du Pays de Sarrebourg

5 Terrasse Normandie - ZAC des Terrasses de la Sarre - CS 70
57403 SARREBOURG CEDEX
03 87 03 98 95
62 399 habitants
MIXTE à dominante rurale

Carte d'identité du programme

Nadia VILLEMIN
n.villemin@pays-sarrebourg.fr
62 399 habitants concernés
2010 Année de réalisation
5 Nombre d'années réalisées

Témoignage de l'élu référent sur les bénéfices du programme

« Dans le cadre de son appel à projets « Zéro gaspillage, Zéro déchet », le Ministère de l’Ecologie a mis en avant le Syndicat Mixte du Pays de Sarrebourg pour son travail et ses projets en matière de gestion et de diminution des déchets. 

Cette labellisation est une belle reconnaissance pour toute l’équipe du pôle déchets. C’est le résultat d’un travail de longue date. Nous suivons le même fil conducteur depuis plusieurs années.

Autre facteur de réussite : les ménages eux-mêmes. Leur forte implication depuis la mise en place de la redevance incitative a permis d’obtenir des résultats exemplaires. En quelques mois, on a observé un bouleversement des flux. Les déchets ménagers résiduels ont diminué de 54% pour 25% de déchets triés en plus et 22% d’apports volontaires supplémentaires en déchèteries. De nouveaux trieurs sont nés et le compostage domestique est devenu une nouvelle pratique quotidienne dans de nombreux foyers.

Un effort de sensibilisation a permis que 68% des habitats individuels pratiquent dorénavant le compostage. Et une dizaine d’aires de compostage ont été mises en place en pieds d’immeuble en zone urbaine.

Par ailleurs, ce sont 300 tonnes de déchets qui sont détournés en réemploi chaque année, grâce à un partenariat fort avec l’Assajuco-Emmaüs, qui a permis l’implantation d’une antenne à Sarrebourg et la mise en place de permanences réemploi en déchèteries. Le Pôle déchets subventionne l’Assajuco-Emmaüs à hauteur de 43.000 € par an et soutient ainsi l’économie solidaire.

Quant aux dépôts sauvages, ils restent en volumes anecdotiques.

La diminution du volume des déchets ménagers enfouis sur le centre de stockage de l’Arrondissement a permis d’augmenter la durée de vie du site de 2 ans. La dernière alvéole du site fermera en juin 2016. Après cette échéance, le traitement des déchets sera externalisé. Les déchets devront donc être transportés à plus de 60 km par semi-remorque hors du territoire, ce qui va augmenter le coût du service.

Le coût du déchet ultime augmentant, c’est une contrainte financière forte de notre service. Cela peut également être l'opportunité de financer de nouvelles filières de valorisation des déchets.

Pour ce faire, le Pays de Sarrebourg devra donc passer de bon élève à major de promo. Nous travaillons dans l’anticipation, c’est le meilleur moyen d’obtenir le plus de subventions. La planète n’est pas extensible. Il faut savoir que nous consommons au-delà de la capacité des ressources naturelles disponibles à tous les êtres humains.»

Elu référent : Monsieur Roland KLEIN, Vice-Président

Les performances du programme

Indicateurs Valeurs pour 2009 Objectifs pour la fin du programme Valeurs réalisées
2010 2011 2012 2013 2014
Production de déchets
en kg/hab
OMA 396,40 368,70 334,10 255,60 254,50 246 256,40
DMA 578,20 547,60 549 491,40 493,70 487,10 505,60
Nombre d'équivalents temps plein de l'équipe projet   1,50 0,80 1,40 1,40 1,40 0,76
Nombre de partenaires mobilisés   196 9 55 105 139 169
Nombre de relais mobilisés   224 0 92 84 197 214
Coût annuel du programme par habitant             2,38
Coût aidé annuel de gestion des déchets par habitant     0 0 0 0 69,07
Réalisation d'une enquête auprès des ménages

Résultats des enquêtes :

 

Sondage téléphonique réalisé en 2013 par un BE spécialisé - dans le cadre du Plan de prévention du Conseil Départemental

RESULTAT SUR L'ARRONDISSEMENT DE SARREBOURG :

  • SENSIBILITE GENERALE DES HABITANTS A LA PREVENTION DES DECHETS
    • 89% des habitants interrogés ont déclaré avoir entendu parlé de gestes et d'actions pour réduire sa production de déchets

 

  • COMPOSTAGE DOMESTIQUE
    • 57,8 % des habitants ont déclaré pratiquer le compostage domestique
      • 62,5 % ont un acquis un composteur via la collectivité
      • 22 % ont acquis un composteur en magasin
      • 15,5% ont fabriqué eux-même leur composteur
    • 38% des habitants qui ont déclaré ne pas pratiquer pas le compostage, ont indiqué ne pas avoir de jardin
  • COUCHES LAVABLES
    • 9 % des habitants ont déclaré avoir utilisé des couches lavables
    • 50% d'entre eux le reproduiraient ou le conseileraient à d'autres parents
    • Parmi les habitants qui n'ont pas d'enfants en bas âge, 52,5 % ont déclaré être disposés à utiliser les couches lavables si le cas se présentait
  • STOP PUB
    • 12,2% des habitantes interrogés ont déclaré avoir apposé un Stop Pub sur leur boîte aux lettres
    • 46,8 % des personnes qui n'ont pas de Stop Pub, déclare aimer lire la publicité
    • 36,4 % des habitants interrogés ont déclaré que le Stop Pub n'est pas toujours respecté
  • ECO-ACHATS
    • Pour les produits non perrissables (tels que shampooing, lessive), 63 % des habitants interrogés ont déclaré préféré systèmatiquement ou souvent les grands conditionnements ou les eco-recharges
    • Les habitants interrogés ont déclaré que leur 3 critères prioritaires d'achat sont dans l'ordre :
      • la qualité (solidité, durée de vie du produit)
      • la santé
      • le prix
  • EAU DU ROBINET
    • 68,9% des habitants interrogés ont déclaré boire systèmaquement l'eau du robinet
    • 11,1% ont déclaré ne jamais boire l'eau du robinet
  • GASPILLAGE ALIMENTAIRE
    • 58,9 % des habitants interrogés ont déclarés ne jamais jeter de restes alimentaires
    • 20% ont déclaré le faire 1 fois / mois
    • 11,1 % ont déclaré le faire 1 fois / semaine
    • 10% ont déclaré le faire plusieurs fois par semaine
  • REEMPLOI
    • 62,9 % des habitants interrogés ont déclaré systèmatiquement ou souvent chercher des produits d'occasion pour leurs achats

Analyse des résultats par la collectivité

Retours d'expérience :

  • La programmation de la fermeture du centre d'enfouissement de l'Arrondissement (et donc l'anticipation de l'augmentation des coûts de transit et de traitement des déchets) a motivé la mise en place d'une redevance incitative et d'une politique de prévention des déchets,
  • Il y a une forte interdépendance entre la politique de Redevance Incitative et la politique de Prévention Déchets pour obtenir de bons résultats sur l'une et l'autre,
  • Les actions qui ont été mises en place (RI, Tri, Prévention) depuis 2010 ont agit de façon significative sur la production d’ordures ménagères (-55% sur les OMR),
  • Tous les membres du personnel du pôle déchets interagissent et communiquent sur l’ensemble des actions du service (facturation, prévention, tri, collecte et traitement); la prévention des déchets est abordée à tous les niveaux :
    • à l'accueil (pour la création et le suivi des contrats poubelle : eménagements, changements de bac poubelle, problème sur le nombre de levées dans la facturation),
    • par les ambassadrices du tri sur le terrain (dans le cadre de suivi de collecte, du porte à porte, des réclamantions sur le nombre de levées dans la facturation, la gestion des bacs non collectés, etc.),
    • par l'interlocuteur des professionnels (conseil et accompagement technique dans le cadre de diagnostics de leurs besoins et suivant les demandes, accompagnement spécifique pour les restaurateurs dans le cadre d'une étude complète),
    • par la chargée de projets (accompagnenents partenariaux techniques et financiers pour la mise en place d'actions significatives),
    • et par le responsable de service (cohérence globale du service et lien politique avec les élus),

 

  • Les soutiens financiers sur les investissements auprès de nos partenaires sont un vecteur très important pour leur mise en oeuvre (développement d'une ressourcerie, du compostage de quartier et de pied d'immeubles, du compostage autonome des déchets de restauration, des couches lavables en crèche et maternité, étude pour la réduction des déchets des restaurateurs privés),
  •  La presse locale est un relais très important sur notre territoire (de nombreux articles sur les actions du pôle déchets avec régulièrement des articles sur la Une du journal).

 

Contraintes et difficultés rencontrées :

  • Ralentissement des projets liés à des priorités administratives à gérer dans le cadre du portage politique (fonctionnement en groupement intercommunautaire entre 7 communautés de communes jusqu'au 1er janvier 2014, changement de mandat en 2013, transfert de compétences au Syndicat Mixte au 1er janvier 2014, fusions de Ctés de Communes adhérentes au 1er janvier 2014 et prévues pour 2017),
  • Les collectivités n’ont pas compétence et donc de légitimité à proposer un service aux professionnels (entreprises, administrations) pour les inciter à aller vers une économie circulaire.

 

=> Nous poursuivons nos actions dans le cadre de l'appel à projets ZGZD avec un nouvel objectif d'économie circulaire : accompagner davantage les professionnels (entreprises, administrations) pour mieux valoriser les déchets assimilés.

 

Mobilisation des acteurs du territoire

Partenariat mis en oeuvre :
  • Assajuco-Emmaüs, Véolia et Recylor (prestataires d'exploitation des déchèteries) : Création d'une ressourcerie sur l'Arrondissement et mise en place de permanences réemploi en déchèteries
  • Syndics d'immeubles : Mise en place d'aires de compostage de quartier et de pied d'immeubles
  • ESAT l'Eventail de Sarrebourg, Collège les Etangs de Moussey, Maison de retraite La Charmille de Saint-Quirin, Association Le Relais des Etangs à Languimberg : Mise en place d'un dispositif de compostage autonome des déchets de restauration
  • Auto-entreprise "Mon Bébé doux", Crèche municipale de Réding, Maternité de Sarrebourg, Association de maternage "Rassemb'lait" : Promotion et utilisation des couches lavables
  • Bureau d'étude Viasourcing, Association des restaurateurs de l'Arrondissement de Sarrebourg : Etude et accompagnement pour la réduction des déchets des restaurateurs privés.
  • CAT ESAT l'Eventail de Sarrebourg : Lavage de gobelets prêtés aux porteurs de manifestations
Voir le lien : http://optigede.ademe.fr/fiche/creation-d-une-ressourcerie-sarrebourg-avec-des-p...

Relais mobilisé :
  • Référents compostage bénévoles : Réalisation de permanences pour le compostage de quartier
  • Relais des Parents Assitants maternels, PMI (protection maternelle infantile) : Information sur les couches lavables
  • Boulangeries, Mairies, Communautés de Communes et Factrice : Mise à disposition de Stop Pub

Action éco-exemplaire réalisée :

- Dispositif de prêt de gobelets réutilisables pour les manifestations

- Promotion de la gestion différenciée des espaces verts auprès des mairies et Ctés de Co. du territoire

 

Les actions du programme

Nombre d'actions prévues dans les 5 thèmes

Thème Nombre
d'actions
Exemple d'actions
Sensibiliser les publics à la prévention 2 Dynamique territoriale de promotion des couches lavables
Eco-exemplarité de la collectivité 1 Promotion du Stop Pub
Actions emblématiques nationales 3 Promotion du Stop Pub
Evitement de la production de déchets 2 Compostage autonome au collège des Etangs
Prévention déchets entreprise
et déchets dangereux
1 Etude de réduction des déchets des métiers de bouche

Voir les 6 fiches action OPTIGEDE de l'acteur réalisées dans le cadre de ce programme

Le regard de l'ADEME

Le secteur de Sarrebourg est un territoire exemplaire, au rayonnement national.

Pionniers sur quasiment tous les types d'opérations envisageables, la pertinence de concrétiser les innovations y est soigneusement étudiée (au besoin par des prestataires spécialisés) puis les projets sont menés avec une approche d'excellence pour le service public et l'environnement.

Ceci est le fait d'élus particulièrement impliqués, du travail d'équipe avec des agents experts et en nombre, ainsi que des partenariats gagnant-gagnant.

Les citoyens sont à la fois incités financièrement et accompagnés pour réaliser les bons gestes. La procédure de mise en place de la redevance incitative en lien avec le programme de prévention et le renforcement des ambassadeurs de tri / contrôleurs des dérives fait référence comme exemple à suivre pour les suivants.

On doit à Sarrebourg de nombreux retours d'expériences, que ce soit dans les colloques régionaux et nationaux, des fiches OPTIGEDE, des rapports (ADEME, Sénat...), des vidéos... On les remercie pour le temps qu'ils y consacrent ainsi qu'à ceux qui viennent découvrir leur territoire (intéressant à bien plus d'un titre de par sa nature et ses lieux touristiques).