Alimentation durable : définition et enjeux

L’alimentation est l’un des enjeux majeurs de notre siècle, avec le doublement prévu des besoins alimentaires à l’horizon 2050 lié à la hausse démographique mondiale et aux évolutions des régimes alimentaires, dans un contexte de changement climatique et de réduction nécessaire de l’empreinte écologique humaine.

Sur le plan environnemental, avec un quart de l’empreinte carbone des Français, l’alimentation constitue le premier poste responsable des émissions de gaz à effet de serre (GES), du même ordre de grandeur que le transport ou le logement. Les impacts sont également importants sur les enjeux de l’eau, des sols, de l’air et de la biodiversité. La majeure partie des impacts se situe à l’étape de production agricole, et dépend donc en grande partie des modes de production, mais également de la composition du régime alimentaire.

Sur le plan de la santé, l’alimentation est un facteur clé d’une population en bonne santé, et qui aujourd’hui contribue fortement au développement de maladies répandues dans les pays industrialisés, telles que cancer, maladies cardio-vasculaires, obésité, diabète…

Pour nourrir le monde à l’horizon 2050 et contribuer à la transition écologique, il faut évoluer vers :

  • une production agricole ayant des pratiques plus respectueuses de l’environnement, une intégration de l’écoconception au sein des filières agro-alimentaires. La mobilisation des marges de progrès sur la logistique, les transports, la transformation, le conditionnement, la distribution, la consommation est également indispensable ;
  • une évolution des pratiques alimentaires en faisant converger les enjeux de santé et d’environnement. En France, cela passe notamment par le rééquilibrage entre aliments d’origine animale et d’origine végétale, la consommation de produits de saison et de proximité… ;
  • une réduction drastique des pertes et gaspillage à chaque étape de la chaîne alimentaire (1/3 de la production mondiale est gaspillé).