Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Semaine de la réparation

fiche_exemplaire
expérience
exemplaire

Syndicat mixte Cyclad

1 rue Julia et Maurice Marcou
17700 Surgères
Christine Medina
c.medina@cyclad.org
Illustration de l’opération :

Affiche semaine de la réparation, édition 2016

(Crédits de l'image : Illustration fournie par le Syndicat Mixte cyclad)

contexte

Dans le cadre de son programme local de prévention des déchets (repris par le syndicat mixte Cyclad), la Communauté d'agglomération de Saintes a souhaité créer un événementiel autour de la réparation (hors événements nationaux existants) afin de « re » découvrir les métiers de la réparation, d'inciter les habitants à réparer plutôt qu'à jeter, et de travailler en partenariat avec les acteurs économiques locaux. La réparation semble être favorisée par le contexte économique.

Afin de mutualiser les coûts et d'élargir le périmètre de mise en œuvre, la CdA a sollicité le SMICTOM Vals Aunis (Syndicat de traitement de la collectivité, engagé également dans un programme local de prévention), qui a pris part au projet. En 2015, puis en 2016, d'autres collectivités se sont jointes à l'opération. Au total, ce sont 10 collectivités (sur les 13 que compte le département de la Charente-Maritime qui ont participé à l'opération.

Durant cette semaine de la réparation : Les professionnels proposent un geste commercial dans leurs magasins/ateliers pendant cette semaine et consacrent du temps pour sensibiliser les clients à l’importance de réparer, les conseiller sur l’entretien de leurs appareils, mais aussi sur le choix d’appareils neufs plus faciles à réparer.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

Sensibiliser les citoyens

Sensibiliser les Charentais-Maritime à la prévention des déchets par la réparation, en les incitant à réparer plutôt qu'à jeter.

Transversalité

Développer la transversalité entre services d’une même collectivité (service économie /service déchets) et entre intercommunalités d’un même département. Le rôle des chargés de mission économie est primordial car ils sont force de vente pour le projet auprès des commerçants locaux et sont identifiés par les professionnels.

Objectifs quantitatifs :
  • Une trentaine d'artisans réparateurs locaux inscrits dans la démarche
  • Des gestes commerciaux proposés par tous les artisans
Résultats quantitatifs :
  • Plus d'une quarantaine d'artisans/commerçants locaux ont participé à l'opération ;
  • en 2016, ce sont plus de 200 commerçants/artisans référencés sur le site Internet www.semainedelareparation.fr et 10 collectivités engagées.
Résultats qualitatifs :
  • Majoritairement les professionnels participants ont proposé un geste commercial pendant cette semaine ;
  • Tous ont proposé des conseils visant à prolonger la durée de vie du produit ;
  • Secteurs d'activités représentés variés (réparateurs de cycles, de meubles, de bijoux,...) ;
  • Retour positif des clients et des professionnels ;
  • Action menée en partenariat avec une collectivité voisine, le Cyclad en 2014 ;
  • En 2016 animations sur les marchés de Charente-Martime en partenariat avec l'association les petits débrouillards ;
  • Création d'un site internet ;
  • Création d'une page facebook : https://www.facebook.com/semainedelareparation17/ ;
  • Nouveau partenaire identifié en 2016 : le réseau GIFAM qui a communiqué sur cette opération.

www.semainedelareparation.fr

Mise en oeuvre

Description de l'action :

Identification des professionnels

La CMA et la CCI ont envoyé des listings référençant les professionnels de la réparation identifiés sur les différents territoires.

Gestes commerciaux et conseils des professionnels participants

Les professionnels proposent chacun un geste commercial libre pendant cette semaine (Ex : devis gratuit, remise de x % sur la main d'œuvre, remise de x % sur le prix total, pièces à prix coûtant, déplacement offert…). Par ailleurs, ils consacrent du temps pour sensibiliser les clients à l’importance de réparer, les conseiller sur l’entretien de leurs appareils, mais aussi sur le choix d’appareils neufs plus faciles à réparer. Les secteurs d'activités représentés sont variés (cordonnerie, cycles, textiles, mobilier, téléviseur, électroménagers, bijoux,...) et les principaux objets qui ont été réparés sont les écrans TV, les électroménagers et les ordinateurs.

Communication

La communication est axée sur les offres promotionnelles des professionnels, leur rôle de conseil et l’économie locale. Différents modes de communication ont été utilisés :

  • flyers toute boite
  • affiches apposées sur les abris bus et dans les mairies
  • spots radios
  • conférence de presse
  • site internet (www.semainedelareparation.fr)
  • page facebook

Par ailleurs, le réseau GIFAM relaye l’événement et organise pendant la semaine une journée dédiée à l’entretien et la réparation (à l’échelle nationale).

Planning :
  • Mars 2013 : réunion de présentation du projet à la CMA de Charente-Maritime, en partenariat avec le SMICTOM Vals Aunis ;
  • Décembre 2013 : réunion de travail SMICTOM/CMA/CDA et identification des corps de métiers ;
  • Janvier 2014 : envoi des listings CCI/CMA référençant les professionnels de la réparation identifiés sur les secteurs de Saintes et de Saint-Jean-d'Angély ;
  • Janvier 2014 : désengagement de la CMA, faute de temps ;
  • Avril 2014 : poursuite du projet et réunions avec les professionnels locaux identifiés sur les secteurs de Saintes, Saint-Jean-d'Angély et Surgères ;
  • Mai 2014 : création des outils de communication (prospectus, affiches, site Internet) ;
  • Semaine du 23 au 28 juin 2014 : semaine de la réparation ;
  • Janvier 2016 : réunion bilan et perspectives en présence des collectivités du département (collectivités ayant participé en 2015 et les nouvelles souhaitant rejoindre l'opération en 2016) ;
  • Validation de la date du 28 mai au 4 juin et des temps forts pendant la semaine (animations sur les marchés) ;
  • De mars à juin 2016 : phase de phoning des collectivités pour recenser les professionnels, échanges réguliers (par mails et téléphoniques) entre les collectivités (notamment pour valider les visuels) ;
  • Mise en place de l'action ;
  • Réunion bilan fixée le 22 septembre 2016.
Moyens humains :
  • Un graphiste pour la création visuel et du site Internet ;
  • la CMA pour les listes d'entreprises ;
  • les associations de commerçants ;
  • les chargés de communication des collectivités engagées ;
  • les chargés de mission prévention ou techniciens déchets et les services développement économique.

ETP :

  • 14 jours pour la mise en place de l'action en 2014 (réunions ,rencontres, phoning ..)
  • 10 jours pour reconduire l'action 
Moyens financiers :

En 2014

  • Recherche graphique et déclinaison du visuel : 1 485 € ;
  • Impressions : 744 € ;
  • Insertions presse et radio : 2 498,36 € ;
  • Distributions des prospectus toutes boites : 4 602, 94 € ;
  • Site internet : 2 450 € ;
  • Total=11 780,30€, soutien de l'ADEME de 50%. Le restant dû est partagé équitablement entre les deux structures.

En 2016

  • Mise à jour des visuels « Semaine de la réparation » : 670 € HT ;
  • 5 animations des petits débrouillards sur les marchés : 1544,66 € HT ;
  • impressions flyer, affiches A3 et A4, flancs du bus, abris bus (coûts mutualisés) : 1 849 € HT ;
  • 270 ex. vitrophanies « je suis artisan réparateur » : 399,60 € HT ;
  • actualisation des spots radio : 144 € HT ;
  • coût diffusion : NC.
Moyens techniques :
  • Un site Internet ;
  • une page facebook relayant tout au long de la semaine de la réparation les conseils des artisans commercants participants pour prolonger la durée de vie de nos objets du quotidien.
Partenaires moblisés :
  • Les artisans/commerçants réparateurs ;
  • un graphiste professionnel ;
  • la CMA ;
  • l'ADEME ;
  • les médias ;
  • le réseau GIFAM ;
  • l'association les petits débrouillards ;
  • les collectivités et services engagés dans cette opération.

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

Le fait que des collectivités voisines, engagées ou pas dans un programme de prévention des déchets, travaillent ensemble sur ce projet est original. Opération menée au-delà des frontières administratives.

Le fait également de réunir des professionnels de la réparation de domaines d'activités variés (cordonnerie, cycles, textiles, mobilier, téléviseur, électroménagers, bijoux,...) autour d'un événement sur la réparation et la réduction des déchets donne un caractère innovant à l'opération.

Difficultés rencontrées :

Une semaine c'est un peu court notamment au niveau de la diffusion de la communication (et entre autre permettre aux professionnels de communiquer via leurs canaux de communication sur cette semaine) et du temps laissé à l'habitant pour aller faire réparer son objet. La grande majorité des professionnels participants auraient souhaité prolonger l'opération sur un mois.

Chaque professionnel participant a proposé un geste commercial libre. Cela a engendré quelques disparités au niveau des offres, il aurait sans doute mieux valu que les professionnels d'un même secteur d'activité proposent un geste commercial commun.

L'évaluation: nous avions proposé un formulaire  aux professionnels à faire remplir par les clients venus réparés pendant la semaine mais peu de retour à ce jour.

Recommandations éventuelles :

L'action est facilement reproductible sur d’autres territoires, à condition d'avoir un aperçu des professionnels de la réparation sur le territoire. Afin de favoriser la réussite du projet, il est recommandé de :

  • Organiser l’événement plutôt sur un mois qu’une semaine
  • Assurer une bonne communication sur les professionnels participants et les gestes commerciaux
  • Assurer une bonne visibilité de réparateurs participants (Ex via une affiche ou un macaron à afficher sur la devanture du magasin participant)