Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience

Mise en place d'une filière de production de sacs de courses réutilisables

fiche_exemplaire
expérience
exemplaire

SMICTOM d'Ille et Rance

contexte

Ce projet a été conçu dans le cadre de la suppression des sacs plastiques généralisé par la loi sur la Transition Energétique et pour la Croissance Verte (TECV) du 18 août 2015.

Lauréat Territoire Zéro Déchet Zéro Gaspillage, le SMICTOM d’Ille et Rance, soutenu par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), a lancé l’opération «KENAVO le plastique» afin d’accompagner les commerçants de proximité dans une démarche de réduction des déchets. Des sacs réutilisables sont ainsi proposés aux commerces de proximité du territoire du SMICTOM. De par ses compétences dans la valorisation des déchets, et l’absence d’offre locale en matières recyclées, le SMICTOM a souhaité mettre en place une filière de production de sacs de courses réutilisables « 100 % breton » en privilégiant l’Economie Sociale et Solidaire et en permettant la valorisation de déchets textiles.



 

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

Cette opération remplit un triple objectif :

  • l'anticipation de la réglementation, (suppression des sacs de caisse avant l'obligation légale du 1er juillet 2016)
  • le développement d’une filière locale de proximité créatrice d’emplois, liés ou non au Handicap et à l’insertion,
  • le déploiement de nouvelles filières de valorisation de tissu, ou plus généralement de textile recyclé.

 

Résultats quantitatifs :
  • 10 000 sacs fabriqués et distribués dans une trentaine de commerces de proximité du territoire (pharmacie, boulangeries,...). L’ensemble des commerces partenaires sont répertoriés sur le site internet « jadoptelezérodéchet.fr »
  • de nouvelles commandes fin 2016 (exemple : Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat de Bretagne avec 900 sacs acquis dans le cadre de la  démarche repar’acteurs) grâce à la présentation à l'ensemble des collectivités brétiliennes
  • Pérennisation de la filière : deux ESAT identifiés comme relais et chefs de file.
  • Plusieurs tonnes de chutes de textile inutilisé valorisées via un don e effectué aux ESAT par l’entreprise TDV à Laval (producteur de textile). (grâce au réseau du prestataire Breizh Phenix)
Résultats qualitatifs :

 Le projet « Kenavo le plastique » démontre qu’avec une mobilisation et une coordination des acteurs et des ressources locales, il est possible de produire des biens à valeur ajoutée à partir de « déchets » dans un rayon de 50 km en Ille-et-Vilaine. C’est une grande réussite puisque la filière est aujourd’hui pérennisée et un exemple d'économie circulaire.

Mise en oeuvre

Description de l'action :

Un état des lieux des sacs de courses réutilisables produits localement à partir de matières recyclées a montré que l’offre bretonne concernait uniquement des sacs haut-de-gamme. Pour cela, l'organisation d'un  groupe de travail avec le Conseil départemental d’Ille et Vilaine et le SMICTOM s'est mise en place :  identification des ressources disponibles, des coûts de fabrication et des partenariats possibles et mobilisation des partenaires

Face à ces constats et de par ses compétences dans le traitement et la collecte de déchets, le SMICTOM a mis en place une filière de production de sacs de courses réutilisables « 100 % breton » en privilégiant l’Economie Sociale et Solidaire.

Les sacs sont ainsi fabriqués à partir de draps recyclés, collectés dans les bornes Le Relais. Ils sont ensuite lavés et confectionnés dans les ateliers de couture de l’ESAT de Belle Lande à Dol-de-Bretagne et de l’ESAT Catarmor à Saint-Malo. Le SMICTOM se charge ensuite de distribuer les sacs aux commerces de proximité volontaires.

Les sacs ont été sérigraphiés avec une trilogie de slogan : "Kenavo le plastique ; La réincarnation, vous y croyez ? ; On nait dans de beaux draps". 10 000 sacs ont été commandés et seront remis aux commerçants de proximité qui bénéficieront d’un diagnostic sur leurs déchets.

Planning :
  • Mars/avril 2016 : réalisation d'un benchmarking et d'un état des lieux de la production locale de sacs de courses réutilisables
  • Mai 2016 : identification et mobilisation des ressources et savoir-faire locaux - élaboration du prototype
  • Juin 2016 : mise en place de la filière et proposition
  • Juin 2016/janv. 2017 : distribution des sacs dans les commerces de proximité
  • Sept. 2016 : Pérennisation et diversification de la filière
  • Mars 2017 : le projet sac a été présenté au concours Crisalide activité proposé par CCI Bretagne dans la catégorie trophée économie circulaire
  • poursuite de l’opération mais le SMICTOM ne sera plus le maître d’ouvrage. Il accompagnera les ESAT dans la mise en place opérationnelle de la filière.
Moyens humains :
  • Organisation et gestion de la filière par la chargée de prévention des déchets
Moyens financiers :

- Coût total de l’opération :

  • Fabrication des sacs et sérigraphie :45 000€

 

- Recettes :

  • Subvention ADEME : 25 000€
  • Participation des commerçants (1€/sac) : 10 000€ 
  • Participation du SMICTOM : 10 000€
Moyens techniques :

Réalisation en interne d'un flyer de présentation de la filière

Partenaires moblisés :

Partenaires financeurs

ADEME

Partenaires actifs

  • 3 entreprises bretonnes ont été mobilisées : l'entreprise d'insertion EBS Le Relais BRETAGNE, l'ESAT Catarmor et l'ESAT Belle Lande.
    • EBS LE RELAIS BRETAGNE est une SCOP (Société Coopérative et Participative) à Acigné (35) collectant et valorisant les vêtements et textiles usagés. Elle est conventionnée Entreprise d’Insertion (Insertion par l'Activité Économique) par l’État, c’est-à-dire qu’elle favorise l'insertion et le retour à l'emploi de personnes rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières. Le RELAIS est un réseau d’entreprises qui agit depuis 30 ans pour l’insertion de personnes en situation d’exclusion, par la création d’emplois durables. EBS LE RELAIS BRETAGNE emploi 140 personnes dont 60 en insertion. L'entreprise collecte 8500 tonnes de textiles usagés par an dont 6500 tonnes sont triés sur le site. EBS LE RELAIS BRETAGNE gère également 6 boutiques qui proposent une large gamme de vêtements, chaussures, linge de maison, maroquinerie… sélectionnés parmi les pièces de qualité et en très bon état collectées par le Relais.
    • L'ESAT Belle Lande à Dol-de-Bretagne (35) est un Établissement et Service d'Aide par le Travail. Un ESAT est un établissement permettant à des personnes handicapées qui n'ont pas acquis suffisamment d'autonomie pour travailler en milieu ordinaire d'exercer une activité dans un milieu protégé. Ses tâches consistent à laver, repasser et conditionner les draps dans l’atelier Repasserie puis assembler et coudre les sacs dans l’atelier Couture.
    • L' ESAT Catarmor à Saint-Malo (35) se charge de la découpe des pièces dans les draps. La sérigraphie est ensuite réalisée à Vitré (. Enfin une moitié des découpes est envoyée à l'ESAT Belle Lande et l'autre moitié reste dans l'atelier de couture de Saint-Malo pour confection.
  • Unions locales de commercants, CCI, CRMA
  • la Région Bretagne, l’association Boutique Solidaire Bretagne (La Boss)
  • le Département Ille-etVilaine (service prévention des déchets et ESS)

Prestataires

  • Breizh Phenix

 

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

Il s'agit d'un exemple de projet qui s'inscrit dans l'économie circulaire.

Son originalité est d’avoir su rassembler, autour d’un enjeu important ; « la suppression des sacs plastiques », des acteurs de différents secteurs et de différentes cultures : le secteur médicosocial, et notamment celui du Handicap, le secteur de l’insertion sociale et les collectivités territoriales. Chacun a apporté sa contribution à une phase d’expérimentation qui se révèle être un levier intéressant sur le volet écologique mais également sur les volets social et économique.

 

 

Difficultés rencontrées :

La mobilisation de tous les acteurs prend du temps.

Recommandations éventuelles :

La recherche de prestataire est une phase importante pour définir son propre projet.

En fonction des savoir-faire locaux (ateliers de couture, blanchisserie, sérigraphie, etc.), cette opération est tout à fait reproductive à l'échelle locale sur d'autres territoires.