Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience

Développement et structuration des Repair Cafés bretons en lien avec le développement des ressourceries en Bretagne

Ille et Vilaine Nature Environnement

48 boulevard magenta
35000 RENNES
Morgane Le Campion
morgane.lecampion@coben.bzh
Illustration de l’opération :

contexte

Le 18 octobre 2009, Martine Postma a organisé le tout premier Repair Café à Amsterdam. En septembre 2019, plus de 1800 Repair Café étaient déclarés dans le monde, plus de 1500 en Europe et 500 en France. 17 Repair Café étaient répertoriés sur le site officiel de Repair Café France en Ille-et-Vilaine, à peine 25 sur toute la Bretagne. Mais il existe de nombreux Repair Café non déclarés et/ou non structurés en association.

Depuis 2016, IVINE (aujourd’hui devenue CoBen) a contribué au développement de Repair Cafés sur le département d'Ille-et-Vilaine et coordonne leur mise en réseau avec les autres projets existants. Le partenariat ADEME/COBEN a permis de mettre en évidence le rôle essentiel que jouent les Repair Cafés dans la prévention des déchets et l’économie circulaire en Bretagne.

En tant qu’interlocuteur privilégié des Repair Cafés en Ille-et-Vilaine, CoBen a souhaité poursuivre et amplifier la démarche de démultiplication entreprise en faveur des Repair Cafés et ainsi :

  • Faire mieux connaitre et promouvoir les Repair Cafés partout en Bretagne ;
  • Créer des temps d'échange et de partage entre les Repair Cafés de Bretagne ;
  • Sensibiliser les collectivités territoriales et partenaires au développement des Repair Cafés.

A l’occasion du dixième anniversaire de la création des Repair Cafés le 18 octobre 2019, CoBen a souhaité donner une plus grande visibilité aux actions de réparation et de réemploi, par l’organisation d’un évènement régional le 27 novembre, Halle Martenot à Rennes, et d’évènements locaux en Bretagne.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

Un quart des objets qui nous entourent pourraient trouver une seconde vie plutôt que de finir recyclés ou incinérés. Seulement 20% des déchets d'équipements électriques et électroniques sont recyclés dans une filière formelle. Selon l'Université des Nations Unies, le volume des déchets d'équipements électriques et électroniques pourrait presque tripler pour passer à 120 millions de tonnes d'ici à 2050 si rien ne change.

En France, depuis 2007, c’est 4,6% de moins de déchets produits par habitant grâce notamment à la prévention, à la réutilisation, au réemploi, à la réparation et à la réduction du gaspillage alimentaire. CoBen souhaite à contribuer à la réduction des quantités de déchets produites sur la région Bretagne.

Les objectifs principaux de l’opération sont donc les suivants :

  • Réunir les conditions pour permettre un développement sensible du nombre de Repair Cafés  en Bretagne ;
  • Profiter du 10ieme anniversaire de la création des Repair Cafés pour donner de la visibilité à cette démarche d’économie circulaire ;
  • Présenter aux acteurs publics et privés de prévention et de gestion des déchets, le rôle des acteurs de la réparation et du réemploi dans l’économie circulaire et favoriser la création de synergies entre tous les acteurs ;
  • Créer des temps d’échange entre les pouvoirs publics et les acteurs de la réparation et du réemploi afin de permettre le développement de ces derniers et démultiplier les actions de prévention des déchets sur la région Bretagne ;
  • Contribuer aux changements de comportements de consommation, promouvoir la sobriété et créer du lien social en sensibilisant le grand public à la réparation et au réemploi.
Objectifs quantitatifs :

- Nombre de partenaires et bénévoles mobilisés pour l'évènement anniversaire ;

- Nombre d'heures bénévoles et salariées mobilisées ;

- Nombre participants à l'évènement anniversaire ;

- Volume ou tonnage de déchets détournés ;

- Nombre d'articles de pression (y compris rédactions web), émissions radio, interviews, etc.

Résultats quantitatifs :

Nombre de partenaires et bénévoles mobilisés pour l’évènement anniversaire

5 partenaires financiers, 45 structures et 14 Repair Cafés de toute la Bretagne présents, 85 bénévoles mobilisés

Nombres d’heures bénévoles et salariées mobilisées

700h + 1600h

Nombre de participants à l’événement

160 participants le matin, entre 500 et 600 visiteurs l’après-midi

Volume de déchets détournés

186,4 kg de déchets détournés sur la journée de la Bretagne Répare

Plus de 340,6 kg de déchets détournés sur la totalité de l’opération avec les évènements locaux organisés par les Repair Cafés

Nombre d’articles de presse (y-compris rédactions web), émissions radio, etc.

4 articles de presse écrite, 3 émissions radio, 4 reportages TV/Web

Résultats qualitatifs :

Afin de bénéficier du retour des participants, nous avions mis à disposition une fiche de notation sur laquelle chacun pouvait partager, de façon anonyme, son ressenti et ses commentaires sur le déroulé de la matinée. Sur les 21 fiches qui nous ont été retournées, nous avons pu constater un retour très positif sur cet évènement : 76% des participants souhaitent qu’il soit renouvelé, avec plus de temps consacré aux ateliers en world café. Les aspects négatifs étaient liés au choix du lieu (sonorisation, froid, accessibilité,…).

Mise en oeuvre

Description de l'action :

« La Bretagne Répare ! » a eu pour objectif de mettre à l'honneur les actions menées par les Repair Cafés et par tous les acteurs de la réparation et du réemploi à l’occasion du 10ème anniversaire de la création du tout premier Repair Café, des actions qui s’inscrivent pleinement dans le champ de l’économie circulaire et dans le cadre de la lutte contre le gaspillage.

Cette démarche s’inscrivait au cœur de l’actualité avec la relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, et dans un contexte favorable puisqu’elle intervenait dans le cadre de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets (SERD) et deux jours seulement avant le Green Friday.

Un travail d’identification et de mobilisation des Repair Cafés bretons était un prérequis pour lancer l’opération de La Bretagne Répare. à la suite des démarches réalisées, CoBen a pu comptabiliser à l’approche de l’évènement régional, 26 Repair Cafés en Ille-et-Vilaine, 7 en Morbihan, 6 en Finistère et 1 dans les Côtes d’Armor, soit un total de 40 en Bretagne.

Le programme de la journée du 27 novembre a été élaboré en vue de servir deux objectifs : d’une part, favoriser la mise en lien des acteurs de la réparation et du réemploi, et plus largement de la prévention des déchets, pour amplifier leurs actions par la création de synergie et la recherche de complémentarités, et d’autre part, promouvoir les solutions de ces acteurs auprès du grand public. Cette journée, gratuite et ouverte à tous, a aussi été l’occasion d’encourager à la sobriété, au partage de savoir-faire et à la création de lien social.

De là, nous avons pu identifier les pistes d’actions sur lesquelles nous orienter pour promouvoir la création et le développement des Repair Cafés, et plus largement les solutions d’allongement de la vie des produits et de prévention des déchets. L’ensemble de ces éléments ont également été présentés en comité de pilotage organisé le 9 mars 2020 en présence de nos partenaires, dont l’Ademe Bretagne.

Planning :

Août - septembre : Identification et cartographie des Repair Cafés en Bretagne, mobilisation des acteurs de la réparation et du réemploi et plus largement de la prévention des déchets, calendrier des actions, conception des supports de communication.

Octobre-novembre : préparation de l'évènement régional du 27 novembre 2019, actions de communication, soutien au lancement d'évènements locaux.

27 novembre 2019 : évènement régional "La Bretagne Répare" s'inscrivant dans la SERD et avant le Green Friday.

Décembre - Février : Bilan des opérations, élaboration d'outils permettant le soutien à la création et au développement des Repair Cafés en Bretagne, présentation du bilan et des pistes d'actions auprès des partenaires et du comité de pilotage

Moyens humains :

Deux chargées de mission ont été recrutées sur cette mission : un Equivalent Temps Plein et un contrat d’apprentissage. Plus de 80 bénévoles se sont mobilisés sur cette opération.

Moyens financiers :

CoBen a pu bénéficier de plusieurs soutiens financiers : l'Ademe Bretagne (convention de partenariat à hauteur de 30k€), la Région Bretagne (convention de partenariat à hauteur de 30k€), Rennes Métropole (convention de partenariat à hauteur de 1K€) et la MAIF (convention de partenariat à hauteur de 1K€)

Moyens techniques :

Constitution d'un comité de pilotage. Organisation de réunions régulières avec le comité de pilotage mais aussi des réunions avec nos partenaires.

Nous avons également déployé des moyens de communication important pour aussi bien mobiliser les Repair Cafés et nos partenaires, que la presse et le grand public. Rennes Métropole et Ville de Rennes ont pu nous apporter un soutien technique en termes de communication (réalisation d'affiches, impressions d'affiches et d'une bâche, diffusion sur leurs réseaux)

 

Partenaires moblisés :

Partenaires financiers et techniques : l'ADEME Bretagne, la Région Bretagne, Rennes Métropole et la Ville de Rennes, la MAIF.

Partenaires de réseau : la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat (CRMA) et le réseau des Répar’Acteurs, la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS) et le réseau des ressourceries, Repair Café France, le Repair Café Bruz Citoyenneté, le Repair Café de l'association des Trois Maisons (Rennes - Cleunay) et la Fédération Bretagne Nature Environnement (FBNE).

Afin de permettre la réalisation de l’opération « La Bretagne Répare », CoBen a mobilisé de nombreux autres partenaires impliqués sur les enjeux de la réparation, du réemploi et de la réduction des déchets ou œuvrant pour une transition écologique et solidaire : La Belle Déchette, IDLV avec  l’Atelier Commun, Envie 35, Bretagne Cens, Alternatiba Rennes, Zero Waste Pays de Rennes, Comme un Etabli, Halte à l’Obsolescence Programmée, Ateliers Art terre, Atelier Partagé, le Magasin Gratuit, …

 

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

La communication par plusieurs réseaux (associations et partenaires) nous a permis de communiquer largement sur l'opération. Nous avons ainsi eu trois fois plus d'inscrits à la matinée que ce que nous estimions au départ.

Si le choix du lieu n'était pas idéal pour certaines raisons (cf. recommandations), la Halle Martenot est bien connue du grand public pour accueillir des évènements et très facile d'accès. Par ailleurs, CoBen avait réalisé un autre évènement portant sur la prévention des déchets au mois de mai (Le Banquet des Récupérables) qui avait rencontré un franc succès.

Si l'identification et la mobilisation des Repair Cafés fûrent chronophages, leur implication dans l'évènement a très largement participé à sa réussite.

Difficultés rencontrées :

Difficulté à identifier les Repair Cafés : Le Repair Café est une initiative récente, très locale qui peut avoir des origines variées (collectif citoyen, association locale, syndicat des déchets, ressourcerie, maison de quartier,….). Son existence est souvent uniquement connue au niveau de la commune, ce qui le rend difficilement identifiable à une échelle plus importante. Le site officiel de Repair Café (https://repaircafe.org/fr/) n’en dénombre qu’une faible partie. Le travail d'identification en amont a été important et chronophage.

Difficulté à mobiliser les Repair Cafés : trop habitués à fonctionner de manière autonome et sans réseau, ils ne voyaient pas forcément l'intérêt de la démarche et les avantages qu'ils pourraient bénéficier (partage d'expériences, mise en réseau, visibilité, ...)

 

Recommandations éventuelles :

Choix d’un lieu différent surtout pour la matinée, la Halle Martenot n’étant pas idéale pour organiser des conférences ou des ateliers où les participants sont invités à échanger (difficulté à chauffer le lieu, sonorisation,...) ou un Repair Café (problèmes d’électricité, d'accès pour apporter son matériel,...)

Choix d’un jour différent pour l’ouverture au grand public, le mercredi après-midi ne touchant qu’une faible part de la population (retraités, personnes inactives, …). Il serait préférable de l’organiser un samedi ou un dimanche pour rendre cet événement accessible à un maximum de personnes.

Le programme de la matinée a été perçu comme trop court, tout comme celui de l’après-midi, chacun méritant une journée entière dédiée.