Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience

Déchèterie et réemploi en Bresse Haute Seille - Zone de gratuité

Rudologia

295, rue Georges Trouillot
39000 Lons-le-Saunier

contexte

S’appuyant sur un atelier organisé lors de l’évènement Start-up de Territoire du 27 septembre 2017 à Lons le Saunier, le sujet du super marché inversé a été présenté au SICTOM de Lons le Saunier.

L’exemple du SMICVAL market en Gironde a notamment servi d’exemple pour poursuivre les réflexions de ce qui pourrait être élaboré au niveau du pays lédonien.

Après deux réunions organisées lors du premier trimestre 2018 en présence de membres du Clus’ter Jura, du SYDOM, du SICTOM, de Rudologia, d’OASIS, d’ECLA et du Groupe Demain, un consensus a été trouvé et l’idée de tester une plateforme de récupération de matériaux ouverte à tous sur l’un des sites du SICTOM a été validée. C’est donc en prévision des réfections de déchetterie prévues à Beaufort et Bletterans qu’il a été décidé de mettre en place une « zone de gratuité » au sein de la déchetterie de Bletterans.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

L’enjeu de cette expérience est de parvenir à réduire l’enfouissement sur le Pays de Lons tout en permettant au SICTOM de bénéficier d’une réduction des coûts de fonctionnement liés à une baisse du volume de déchets finaux effectivement traités.

Ces objectifs de réduction des déchets dépendent également de sous objectifs :

-La perception du dispositif par les usagers

-Le niveau d’implication des agents en déchetterie.

Résultats quantitatifs :

Afin de ne pas générer une surcharge de travail pour le personnel des différentes déchetteries, les éléments détournés avant d’être proposés gratuitement aux usagers ne sont pas pesés ou décomptés. Il sera néanmoins possible d’analyser les rapports d’activité du SICTOM pour constater d’éventuelles baisses des tonnages bois et plastiques.

Toutefois le besoin de la population quant aux différents services de réemploi a lui été mesuré. Deux questionnaires axés sur le réemploi ont été distribués en Bresse haute Seille et en Petite Montagne (Jura). Au total 162 réponses ont été récoltées.

Ces enquêtes ont permis de valider l’importance du dispositif, en effet 36% des objets non utilisés en bon état sont déposés en déchèterie.

60% de la population déclare être en capacité et avoir l’habitude de réparer des objets cassés ou en panne.

70% des répondants achètent des objets d’occasion. Ces derniers le font souvent (51%), principalement dans les vide-greniers (74%) et sur internet (61%). Ceux qui n’achètent pas d’occasion ne le font pas à cause de l’absence de SAV en cas de panne (43,6%) ou de problème de fiabilité (15,4%)

Résultats qualitatifs :

Pour compléter l’étude quantitative, des entretiens avec le personnel et des interviews avec les usagers ont été menées.

Synthèse des entretiens avec le personnel

Aspects positifs de l’expérimentation :

  • N’engendre pas de surcharge de travail
  • Instaure une relation gagnant-gagnant avec les usagers du site
  • Implique les gardien(e)s dans une mission de conseil sur le réemploi

Aspects négatifs de l’expérimentation :

  • Peut créer de la confusion chez certains usagers par rapport aux matériaux/ objets récupérables ou non
  • Peut nécessiter de protéger les zones de réemploi pour éviter les tentatives de vol la nuit
  • Nécessite une formation de l’ensemble du personnel pour détecter le gisement réemployable
  • Une pesée des matériaux détournés entrainera une surcharge de travail ainsi qu’un allongement du processus de don pour l’usager.

Interviews en face à face :

Des interviews effectuées sur le marché du mardi matin à Bletterans le 6 août 2019 sur la base du questionnaire en ligne complété par des discussions plus poussées à la suite du questionnaire pour les personnes qui en avaient le temps ont permis de mettre en lumière des constats partagés par plusieurs usagers :

1 / En général chaque voyage à la déchetterie est contraignant, il faut s’organiser et trier en amont pour que cette tâche ne prenne pas trop de temps.

2 / Il est facile d’être perdu pour trier, les règles peuvent changer, certains produits sont refusés mais il est difficile de se souvenir desquels.

3/Il faut souvent faire la queue pour accéder aux bennes, le passage est restreint. Il faut être calme et patient. Il faut que chacun respecte les directives des agents.

4/ Pour certains meubles, je ne sais pas si cela intéresse des personnes. L’état n’est peut-être pas assez bon.

5 / Beaucoup de personnes ne peuvent venir que le samedi après-midi, du coup cela rajoute une contrainte car on sait que l’on va encore y passer plus de temps.

6/ C’est hallucinant de voir ce que les gens peuvent jeter, il faut absolument essayer d’en récupérer un maximum, il faut permettre aux gens de pouvoir se servir si envie/besoin.

7/ C’est une très bonne idée de permettre aux gens de pouvoir récupérer des choses en déchetterie, je n’ai jamais compris cette interdiction de récupérer des objets.

8/ Etant à la retraite je n’ai pas besoin de récupérer des objets, en revanche pour mes petits enfants qui emménagent cela peut être intéressant.

9/ Une déchetterie est un lieu de recyclage et de réemploi et pas uniquement un lieu pour jeter des déchets.

10/ Les personnes qui achètent des produits d’occasion ne sont pas toujours en capacité de les réparer.

11/ Les personnes interrogées sont unanimement favorables à ce dispositif

12/ Les personnes interrogées sont unanimement favorables à ce que le dispositif soit étendu à d’autres matériaux et objets.

13/ Les déchetteries sont un lieu clairement identifié devant les recycleries pour déposer des objets en bon état mais dont le propriétaire n’a plus l’utilité.

14/ Les personnes qui n’ont pas encore donné de matériaux à destination de la zone de gratuité ont pour projet de le faire depuis qu’elles connaissent le dispositif.

15/ 3 personnes sur 4 ayant déjà connaissance du dispositif ont récupéré des matériaux dans la zone de gratuité.

Mise en oeuvre

Description de l'action :

Il a été décidé d’implanter la zone « servez-vous » à proximité des bennes. En effet cela permet aux gardiens et gardiennes de superviser les dépôts et retraits tout en restant disponibles et vigilants pour assister d’autres usagers. L’expérimentation à Bletterans ne concerne que certains matériaux (bois : palettes, cagettes, chutes ; plastiques : contenants de toutes tailles) dans un espace strictement délimité.

Le caractère « limité » de l’expérience : une petite zone et un nombre restreint de matériaux permet aux gardiens de se consacrer avant tout à leur mission principale d’autant plus lorsque l’affluence est forte. Lorsque l’affluence est moindre il est alors possible de renseigner les usagers sur ce dispositif mais aussi de constater si les matériaux sont effectivement adaptés à un dépôt en zone de « servez-vous ».

Divers objets en bon état peuvent également rejoindre la zone de gratuité si ces derniers ne sont pas récupérés par les agents valoristes d’OASIS (recyclerie présente à Lons le Saunier).

Planning :

Cette expérimentation s’est déroulée tout au long de l’année 2019.

Les entretiens avec le personnel ont été effectués en Avril, Juillet et Octobre 2019.

Les entretiens avec les usagers ont été effectués en Février (Petite Montagne) et en Juillet-Août et Septembre (Bresse Haute Seille).

PRESENCE RECYCLERIE :

 

L’objectif était également d’envisager un espace de réemploi ouvert à tous les objets et matériaux sur la déchetterie.

Actuellement OASIS récupère les objets réutilisables pour les revendre dans leur magasin de Lons le Saunier.

Si ces objets ne quittent plus la zone, il faut alors prévoir un local couvert et fermé pour entreposer ces objets et ainsi permettre aux usagers de les récupérer.

En fonction de la collecte réalisée par OASIS (aucun tonnage n’a été transmis à ce jour), un local a minima de 100m² parait nécessaire pour stocker et proposer les objets aux usagers.

En effet les divers retours d’expérience (cabinet Cap 3C ; recyclerie de la Petite Montagne) font état d’un potentiel de 250kg d’objets valorisables chaque semaine pour des déchetteries installées dans des villages de 1000 à 1500 habitants.

Mécaniquement c’est une tonne qui peut être réemployée chaque mois. Toutefois, les divers retours d’expérience cités plus haut ainsi que l’expérience de la ressourcerie de Tournus démontrent qu’environ 150 clients/usagers sont nécessaires pour valoriser une tonne de gisement.

Il s’agit là donc d’une question fondamentale : est-ce qu’un territoire rural est en mesure d’absorber le gisement réemployable qu’il a lui-même « produit » ? Une question qui pourra être traitée en suivant l’évolution de la recyclerie de la Petite Montagne qui a ouvert ses portes en décembre 2019.

En effet à ce jour le gisement réemployable de Bletterans est « transféré » à Lons le Saunier où la démographie est plus importante et donc où le gisement trouve plus facilement preneur.

 

Moyens humains :

Sur le site de Bletterans 1 à 2 gardiens de déchetterie sont présents en fonction de l’affluence. Un agent valoriste d’OASIS est également présent à raison de 4 jours par semaine.

Moyens techniques :

Une zone a été aménagée en déchetterie de Bletterans et en Déchetterie d’Arinthod.

Des moyens supplémentaires sont déployés lorsqu’une recyclerie est présente en déchetterie (local fermé pour stocker les objets collectés).

Partenaires moblisés :

Sydom / Sictom / Rudologia / Ecla / Oasis / Groupe Demain / Communauté De Communes De La Bresse Haute Seille / Communauté De Communes De La Petite Montagne / Cluster Jura

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :
  • Adhésion du personnel
  • Adhésion des usagers
  • Pas d’accumulation de gisement sur la zone de « servez-vous »
  • Plus forte implication des usagers dans le parcours de vie d’un produit.
  • Présence d’OASIS favorisant le réemploi sur le site
  • La déchetterie est le lieu clairement identifié de dépôt des objets réemployable

 

Difficultés rencontrées :
  • Peu de moyens techniques pour mesurer les flux détournés
  • Peu de formation à la valorisation du gisement réemployable
  • Un site (avant travaux) peu adapté au réemploi, pouvant entrainer des risques en termes de sécurité
  • Une population insuffisamment informée du dispositif de « servez-vous »
  • Risque de comportements clandestins / vols
  • Incompréhension quant aux limites actuelles du dispositif (uniquement bois et contenants plastiques)
  • Saisonnalité de la demande de certains matériaux (palettes en été)
Recommandations éventuelles :

Cette expérimentation menée à Bletterans durant l’année 2019 se conclue donc de manière positive puisque les agents ainsi que les usagers sont favorables au développement de pratiques de réemploi dans les déchèteries du territoire. Les différents acteurs rencontrés s’impliquent dans des logiques anti-gaspillages qui garantissent un développement pérenne de pratiques écologiques et citoyennes.

Afin de continuer sur cette dynamique positive quelques propositions concrètes ont été avancées lors des entretiens. Ces propositions peuvent également être segmentées en fonction des critères détaillés plus haut (perception, fonctionnement et comportement).

1/ Communiquer davantage sur l’instauration du réemploi en déchetterie en dehors du site avec notamment un bulletin d’information ou avec l’aide des partenaires institutionnels.

2/ Mettre en place des moyens humains (agents formés aux pratiques de réemploi) et matériels (panneaux explicatifs) pour expliquer, accompagner l’usager dans les pratiques de réemploi.

3/ Valoriser les expériences de réemploi de l’usager, le remercier systématiquement pour son geste même si celui-ci parait « normal ».

4/ Etendre les horaires des déchetteries ou étendre les points de collecte (objets et matériaux éligibles au réemploi) en particuliers avec des ressourceries partenaires.