Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Formation de relais éco-consommation

Smictom de la Région de Saverne

10, Rue des Murs
67700 Saverne

contexte

Depuis 2012 le syndicat a renouvelé des contrats de prestation avec l’entreprise Ecotidienne dans le but de créer, développer et mettre en œuvre des actions de sensibilisation à l’éco-consommation.

Ecotidienne a pour objectif de promouvoir une écocitoyenneté active.

L’action présentée ici a été co-construite lors des 2 premières années de collaboration.

 

Constat

Dès les premières animations (conférences ou ateliers) par Ecotidienne, nous faisons le constat d’une part que le nombre de personnes touchées est très faible (10 à 30 par animation), d’autre part que les personnes qui se déplacent sont pour la plupart déjà bien informées sur l’éco-consommation.

 

Objectifs

Le Smictom décide  alors de former des personnes relais, impliquées auprès du public par leur métier ou leur engagement associatif. Ces personnes relais pourront démultiplier l’action en sensibilisant à leur tour leurs usagers.

Les objectifs sont :

- toucher un public plus varié, qui n’est pas a priori déjà sensible à l’éco-consommation,
- former des personnes qui pourront sensibiliser à l’éco-consommation pendant plusieurs années et intégrer cette esprit dans leur structure
- obtenir un meilleur « rendement » : une personne formée pourra à son tour sensibiliser 10… voire jusqu’à 100 personnes.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

Objectifs :

former 8 à 10 personnes relais, venant de différentes structures du territoire, chaque année.

animer des rencontres-relais permettant de faire vivre des projets de sensibilisation à l'éco-consommation dans ces structures

 

 

Méthode:

Recenser des personnes pouvant être relais sur le territoire.
Créer une session de formation adaptée aux objectifs.
Recruter les personnes  volontaires et les former.
Animer des rencontres-relais

Résultats quantitatifs :

Session 2014 : 11 personnes formées (8 structures). Réalisations d’actions de sensibilisation par les personnes formées en 2014 : 7 animations de terrain (environ 90 participants au total) + 1 newsletter trimestrielle rédigée par un périscolaire (100 destinataires) +  1 cycle de 10 ateliers animés par une épicerie sociale sur l’année scolaire 2014-2015.

 

Session 2015 : 9 personnes formées (9 structures). Bilan des animations : à venir… Montage d’un partenariat entre un lycée et un service d’éducation jeunesse.

 

Rencontres 2015 : 11 présents

Résultats qualitatifs :

Toutes les personnes présentes ont apprécié les 2 journées de formation.

L'animatrice a utilisé un mode de formation-action qui a impliqué fortement les participants. Chacun a élaboré sa propre animation. Les formations ayant lieu environ 2 mois avant la Semaine du développement durable, certains ont pu préparer une action à mener durant cette semaine.

Cette formation a de plus permis de créer du lien entre des structures locales qui se connaissaient peu.

Mise en oeuvre

Planning :

Chaque année, environ 25 acteurs ont été recensés et invités. L’information a également été diffusée largement par mail (élus, partenaires du Smictom et d’Ecotidienne).

 

La  formation a été créée sur un format de 2 jours non consécutifs.

Module 1 (1 journée) : apport d’informations et de documents ressources sur l’éco-consommation, échanges entre participants.

Entre les 2 modules, les participants commencent à  concevoir leur propre animation.

Module 2 (1 journée): apport sur les techniques d’animation, accompagnement à la conception des animations, échanges et mise en réseau.

Animation du réseau : à partir de la seconde année, ½ journée de rencontre de toutes les personnes relais formées ou en cours de formation est organisée entre les 2 modules.

 

La formation s’adresse à un groupe de 8 à 15 personnes maximum. Elle s’est tenue en 2014 et 2015, de janvier à mars, afin que les participants puissent monter une animation pendant la Semaine du Développement Durable (avril 2014 puis juin 2015).

 

Les structures participantes viennent des secteurs suivants :

Aide à la personne : 1 CCAS, 1 épicerie sociale, association Caritas, 1 réseau d’assistantes maternelles, 1 centre périnatal

Education : 1 périscolaire, 3 services animation jeunesse, 1 lycée,

Culture : 1 Centre socio-culturel, 1 association gérant un jardin interreligieux

Environnement et divers : 1 AMAP, 1 association d’éducation à l’environnement, 2 associations diverses.

 

Moyens humains :

Moyens humains en interne

Animatrice PLP (rédaction du marché, co-construction, présentation des enjeux déchets lors de la formation, suivi) : environ 5 jours en 2014 et 3 jours en 2015.

Participation d’une ambassadrice du tri à la formation.

 

 

 

Moyens financiers :

Conception des modules de formation (2013) : 715 €

Prestations 2014 (recherche des participants, finalisation du contenu des modules, animation des 2 jours de formation, coordination et suivi): 4 846 €

Prestations 2015 (recherche des participants, 2 jours de formation, 1/2j de regroupement, coordination et suivi) : 4 539 €

Moyens techniques :

Moyens techniques :

Mise à disposition d’une salle au Smictom pour les journées de formation et de rencontre.

Partenaires moblisés :

Les communes et élus du syndicat pour la recherche de participants.

Les structures qui ont libéré leurs salariés pour qu'ils assistent à cette formation.

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

La démarche est reproductible facilement.

 

La réussite du projet tient en partie à la capacité de mobilisation et de fédération de l’animatrice (Ecotidienne), il faut donc trouver un formateur moteur sur chaque territoire. Le module « théorique » peut être demandé à Ecotidienne (avec contre-partie).

 

La principale difficulté est la recherche de participants à la formation. Une fois le groupe constitué, les participants se déclarent très satisfaits de la formation.

 

Perspectives :

une 3e session de formation et une demi-journée de rencontre-relais a eu lieu en 2016. Le Smictom prévoit pour début 2017 de faire animer un réseau des personnes "relais éco-consommation" pour entretenir et développer la dynamique créée.