Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Collecte des textiles usagés

Smirtom du Saint Amandois

Av Gerard Morel
Zone d'Activites
18200 Drevant

contexte

Cette action du programme de prévention permet d'instaurer au sein du SMIRTOM du Saint-Amandois le détournement des textiles usagés de la benne encombrants et de la collecte OMR au profit du réemploi. Ce détournement se fait via la mise en place d’une collecte des textiles en déchetterie. La valorisation de ce flux se fera tout d’abord par un prestataire : Le Relais puis ce traitement pourra être internalisé en fonction des activités exercées au sein de la future recyclerie.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :
  •  Établir un partenariat avec un acteur du réemploi local.
  • Réduire la part de textiles usagés dans les flux d'OMR et des bennes encombrants de déchetterie;
  • Sensibiliser les habitants au recyclage des textiles, et  à un geste simple du réemploi.
Résultats quantitatifs :
  • 13 points de collecte ont été ajoutés au 7 déjà existant sur le territoire avant la mise en place du programme. Le nombre de points d'apports a été multiplié par trois.
  • août 2012 - février 2013 mise en place des premiers conteneurs en déchetterie
  • En 7 mois, l'association a collecté plus de 50 tonnes de textiles, représentant un potentiel de près de 100 tonnes annuelles, soit 1,6 kg/hab. 
Résultats qualitatifs :

L'offre de service, dépose de textiles, est étendue à beaucoup plus de citoyens.

Bon nombre d'usagers ont pris l'habitude de séparer les vêtements lors de leur passage en déchetterie. Ce geste d etri supplémnetaire est adopté facilement dés lors que le dispositif de collecte en place est bien identifié.

Mise en oeuvre

Planning :

Identification qualitative et quantitative du flux de textiles usagés

09/2011

Etude technico-économique des techniques de pré-tri et des filières de traitement

12/2011

Analyse des possibilités d’internalisation de ces techniques dans les déchetteries

12/2011

Analyse des possibilités d’internalisation des filières de traitement en recyclerie

12/2011

Communication sur cette nouvelle collecte

07/2012

Lancement de la collecte en déchetterie

08/2012

Suivi du dispositif et des données chiffrées

Semestriel

 

Moyens humains :

L' animateur du programme local de prévention des déchets,

les gardiens de déchetterie communiquent auprès des usagers,

une équipe de trois ambassadeurs pour évaluer le potentiel d'évitement via des caractérisations.

Soit environ 1/3 ETP annuel avec la phase de mise en place.

Moyens financiers :

Aucun coût pour la collectivité ; la collecte et le traitement sont pris en charge par l'organisme  Emmaüs http://www.engagement-solidaire.fr/emmaus-saint-amand-montrond/

 

L'organisme Eco-TLC reverse à la collectivité une participation financière de 0,10 € par habitant/an dans le cadre des actions de communication.

Moyens techniques :

Les 20 conteneurs de l'association Le Relais sont mis à disposition, maintenus et changés si besoin.

 

Les données chiffrées de collecte seront régulièrement communiquées à l'ensemble des usagers du syndicat.

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

Cette action est bien entendu reproductible sur d'autres territoires, ainsi que sur les 3 années restantes du programme et continuera donc par la suite.De nouveaux points d'apports sont donc envisagés ; l'objectif est de porter à 30 le nombre de points disponibles sur le territoire soit 1/200 habitants.

Difficultés rencontrées :

Peu d'originalité, excepté si à terme les textiles sont triés et traités par le syndicat au sein de la future ressourcerie.

Recommandations éventuelles :

Une étude a été réalisée en 2011 par nos soins pour d'évaluer le flux de textiles en déchetterie. Nous avions disposés divers bacs 660L au sein de nos déchetterie afin d'apprécier le flux, et la fréquence des apports. Cette étude a été déterminante pour le choix de l'action, car le flux constaté était considérable.

 

Bien veiller à ce que l'organisme s'engage à transmettre les données de collecte (tonnages par point d'apport). Les gestionnaires de ce type de structure (qui sont les seuls à connaitre les chiffres).