Aller au contenu
Aller au menu
Recherche
Aller au pied de page

Fiche plan / programme de prévention

Programme Local de Prévention, année 4, Sictom Region de Morestel

Carte d'identité de l'acteur et son territoire

  • Mode de financement Contribution des collectivités
  • Redevance Spéciale oui
  • Tarification Incitative non

Carte d'identité du programme

  • Nombre d'habitants concernés 78125
  • Première année de réalisation 2010
  • Nombre d'années réalisées 4
Etat d'avancement
Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Terminé
Diagnostic
Elaboration
Mise en oeuvreFin
Dernière actualisation de la fiche 02/09/2016

Les performances du programme

Indicateurs Valeurs pour 2009 Objectifs pour la fin du programme Valeurs réalisées
2010 2011 2012 2013
Production de déchets
en kg/hab
OMA 313,40   305,80 303,30 293,20 287,40
DMA 618,60   597,80 622,20 595,30 599,50
Nombre d'équivalents temps plein de l'équipe projet     2 2,30 2,40 2,30
Nombre de partenaires mobilisés     10 20 25 35
Nombre de relais mobilisés     10 35 40 44
Coût annuel du programme par habitant     1,48   2,05 2,07
Coût aidé annuel de gestion des déchets par habitant     71,11 67,13 72,06 76,41
Réalisation d'une enquête auprès des ménages
Résultats des enquêtes

A l’été 2014, le syndicat a élaboré et distribué via son journal, l’Echo du SICTOM et son site internet, une enquête afin d’évaluer l’évolution des habitudes et comportements de ces mêmes usagers, après cinq années d’actions « prévention des déchets ». 867 foyers ont répondu à cette enquête  - les trois quarts par la version papier - ce qui représente 2,73% des ménages. C’est plus qu’en 2010 où le taux de participation était de 1,73%.

Il en ressort que :

41% des participants déclarent connaître le programme de prévention des déchets dans sa globalité.
34% utilisent un STOP PUB.
¾ consomment de préférence de l’eau du robinet.
56% compostent leurs biodéchets et 51% d’entre eux disent l’utiliser dans leur jardin à titre d’amendement.
les 3 principales raisons de ne pas composter sont : l’absence d’espace vert ou de place pour le faire, l’adoption de poules, les contraintes que cela peut représenter.
20% pratiquent le broyage des branchages et 40% le paillage.
13% sont intéressés pour participer à une formation sur le compostage et le paillage.
la majorité des foyers déclarent ne pas (32%) ou rarement (50%) gaspiller de la nourriture.
57% utilisent de la vaisselle lavable et réutilisable pour les pique-niques et connaissent le système de prêt d’éco-gobelets consignés.
près de 70% des personnes interrogées préfèrent donner un objet qui ne plaît plus contre 40% qui l’emmènent en déchèterie. Mais lorsque l’objet n’est plus en état, 72% des foyers utilisent la déchèterie pour s’en débarrasser. A noter que dans ce cas, 33% pensent tout de même à le réparer ou le faire réparer.
14% seulement connaissent le guide du réemploi.
82% réutilisent le papier en brouillon ou bloc-notes.
l’étiquetage efficace en magasin des produits les moins générateurs de déchets, la tarification incitative et  le développement des services et boutiques de réparation, location, occasion sont les 3 facteurs plébiscités par les enquêtés pour inciter à moins jeter.

Analyse des résultats par la collectivité

L'année de référence du PLP du SICTOM est 2008 comme le notifie l'accord-cadre, pour un commencement effectif le 1er juillet 2009.

Pour autant, le SICTOM a bénéficié de 6 mois supplémentaires suite à l'incendie de son siège en 2012 qui avait conduit à la perte des données papiers et informatiques. Cela a donc porté le terme du PLP du SICTOM au 31 décembre 2014.

Dès la quatrième année du PLP, en 2013, le SICTOM a donc atteint l'objectif du Grenelle : -7% d'OMA en cinq ans. Cela équivaut à 36 kg en moins dans la poubelle de chaque habitant.

Fin du PLP, en 2014, malgré une petite hausse de tonnage, l'objectif du grenelle reste atteint et l'on constate moins 33 kg d'OMA pour chaque habitant.

La prévention est devenue une mission transversale pour le syndicat, accentuée par sa volonté de passer à la tarification incitative et à un programme de prévention de seconde génération visant à réduire les DMA.

 

Mobilisation des acteurs du territoire

Partenariat mis en oeuvre

Démarche participative en début de programme : création 5 groupes de travail pour les 5 thématiques du programme constituant les comités de pilotage et regroupant des acteurs locaux (agents de collectivités, élus, responsables d'établissements scolaires, représentants d'associations, représentant de professionnels, agents et élus du SICTOM).

Partenariat de travail varié et de choix :Département, associations Lo Parvi et Dolomieu Durable, communes relais, guides-composteurs actifs.

Ce sont le SICTOM et ses partenaires qui ont décidé des actions en place et pas le syndicat seul, autour d'une identité commune, le logo "réduisons nos déchets !"

Relais mobilisé

Effet boule de neige du PLP : développement des évènements « prévention » portés par les collectivités locales et les associations.

Accompagnement du SICTOM de ces initiatives locales.

Action éco-exemplaire réalisée par la collectivité

- Buvette éco-responsable

- Lutte contre le gaspillage alimentaire dans les établissements scolaires

- Guide de bonnes pratiques administratives

- Atelier Récup'

- Compostage et broyage au sein des communes

 

Voir la fiche action : L'Atelier Récup'

Les actions du programme

Nombre d'actions prévues dans les 5 thèmes
Thème Nombre
d'actions
Exemple d'action
Sensibiliser les publics à la prévention 1 Devenir "consom'acteur"
Eco-exemplarité de la collectivité 1 L'Atelier Récup'
Actions emblématiques nationales 1 Un broyage à domicile
Evitement de la production de déchets 1 Guide du réemploi : les bonnes adresses et les astuces pour diminuer nos poubelles et faire des économies.
Prévention déchets entreprise
et déchets dangereux
1 Ma maison : un nid à produits dangereux ?
Voir les 5 fiches action OPTIGEDE de l'acteur réalisées dans le cadre de ce programme
Logo de l'ADEME Fiche Programme Local de Prévention réalisée sur le site
www.optigede.ademe.fr
Les informations de cette fiche ont été établies sous la responsabilité de son auteur