Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Zone de Gratuité

fiche_exemplaire
expérience
exemplaire

SITOA

3 place de la Manufacture BP 69
74152 Rumilly
Sophie Renon
prevention@sitoa.fr

contexte

Engagé dans un Programme Local de Prévention des Déchets depuis 2011, le SITOA ( Syndicat Mixte Interdépartemental de Traitement des Ordures de l'Albanais) porte un projet de mise en place d’une Ressourcerie sur son territoire. En effet les tonnages collectés sur les trois déchèteries du territoire montraient une augmentation importante des quantités de bois, d’encombrants incinérables et des PAM (petits appareils ménagers) déposés par les ménages. Le territoire ne dispose pas de structure permanente de réemploi de type de ressourcerie et se posait la question d’en créer une.

De plus une action "Livre-échange" a été menée par le SITOA en Juin 2013 :  elle permettait aux citoyens de déposer et prendre des livres à volonté. A cette occasion les citoyens ont exprimé leur intérêt pour une structure de réemploi sur le territoire.

Afin de mesurer l'intérêt réel des citoyens, une « zone de gratuité » a donc été organisée lors de la semaine européenne de la réduction des déchets : le principe est le même que celui de l'action "Livre-échange", à l'exception que la zone de gratuité ne se limite pas aux livres mais accueille toute sorte d'objets, à condition qu'ils soient en bon étât.

 

 

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

Sensibilisation au réemploi

La zone de gratuité est un moyen de sensibiliser la population au réemploi des objets, et ainsi de permettre aux ménages

  • De réaliser des économies
  • De réduire leur production de déchets

Mesurer l'intérêt des habitants pour le projet de Ressourcerie

Cette action permet de mesurer l’intérêt des habitants pour le réemploi et donc d’évaluer si l’implantation d’une ressourcerie sur le territoire est pertinente.

Objectifs quantitatifs :
  • Entre 300 et 400 participants
  • Moins de 10 % d’objets restants à envoyer en déchèterie
Résultats quantitatifs :

Première édition (2013)

  •  600 participants
  • 2 584 kg d’objets pesés en entrée
  • 38 communes représentées (dont 31 du territoire du SITOA)
  • Environ 500 kg d’objets restants dont 440 kg récupérés par le Secours Populaire et 60 kg par les derniers visiteurs. Soit 0 kg d’objets  envoyés en déchèterie par les organisateurs.
  • 101 questionnaires remplis et rendus, 96 % des personnes ayant répondu, se disent intéressées par la mise en place d’une structure du réemploi/réutilisation dans le territoire

Deuxième édition (2014)

  • 750 participants

Troisième édition (2015)

  • 800 participants
  • 4 tonnes d'objets pesés en entrée dont 0.8 tonnes d'objets repris par le Secours Populaire
  • 31 communes représentées sur les 42 du territoire du SITOA
  • 0 kg d’objets  envoyés en déchèterie par les organisateurs

Résultats qualitatifs :
  •  Satisfaction générale (participants, organisateurs, bénévoles, partenaires)
  •  Volonté de reconduire cette manifestation
  • Les consignes ont été bien suivies en général : objets en bon état et propres (voire neufs parfois) et échanges réalisés dans une bonne ambiance générale. Seuls quelques abus sont à déplorer à chaque édition

 

Mise en oeuvre

Description de l'action :

Principe

Le temps d’une journée, il est proposé un endroit où l’on peut déposer ce que l’on ne veut plus et/ou prendre ce dont on a besoin. 

  • Il n’y a pas de notion de « valeur » ni de limites au dépôt ou au retrait des objets.
  • Il était demandé aux participants de ne déposer que des objets propres et en bon état, et l’espace étant limité, une liste restreinte d’objets acceptés avait été définie préalablement.

Organisation

Les objets apportés sont pesés et déposés sur des tables. Les différents espaces (livres, vêtements…) sont identifiés par des affiches. Cartons, cagettes, portants et cintres ont été récupérés ou prêtés. Il est recommandé de désigner des responsables parmi les bénévoles pour l’accueil et le rangement. Un agent de sécurité a été engagé, secondé par des bénévoles médiateurs, pour veiller au respect de la charte de bonne conduite dont les règles sont les suivantes:

  • ne pas prendre les objets pour les revendre
  • ne prendre que les objets correspondant à un besoin
  • respecter les objets

Evaluation des résultats

Pour évaluer l’impact de cette journée, tous les objets étaient pesés à l’entrée et les personnes (avec ou sans objets) dénombrées. A la fin de l’événement, les objets restants faisaient également l’objet d’un pesage.

Planning :

T 0 : Recherche du lieu de l'événement

T +7 mois

  • Recherche de partenaires
  • Recherche de bénévoles

T +10 mois : Communication sur le territoire

T + 12 mois : Tenue de l'événement

Moyens humains :

Organisation de l'événement

  • Chargé de prévention : 0.5 ETP pendant 2 mois
  • Chargé de communication : 0.2 ETP pendant 2 mois

Tenue de l'événement

  •  La rotation des 26 bénévoles pendant la journée nous a permis d’avoir en permanence 15 bénévoles sur place
  • Collaboration avec le Secours Populaire très intéressante car ils connaissent ce type d’actions
  • 1 agent de sécurité (secondé par quelques bénévoles) pour éviter les "abus et débordements"

 

Moyens financiers :

Détail

Prix TTC

Chapiteau prestation

840,00 €

Agent de sécurité

192,97 €

Banderoles

416,00 €

Autres

12,60 €

Petites fournitures de bricolage

30,00 €

Petit déjeuner + pique-nique + goûter

87,72 €

TOTAL

1 579,29 €

Moyens techniques :
  •  Location d’un chapiteau de 72 m² avec chauffage et éclairage
  • Tente de 12 m² du SITOA pour une matérialisation de l’entrée
  •  Une balance avec grand plateau pouvant peser plus de 100 kg
  • Tables pour le dépôt des objets
  • Cagettes en plastique et bois (récupérées au Marché) pour entreposer les CD, DVD, jeux vidéo, etc. apportés pendant la journée
  • Cartons pour faire des rangements supplémentaires lorsqu’il n’y a plus de place sur les tables (et pour ranger les objets en fin d’événement)
  • Chasuble pour bien identifier tous les bénévoles

Partenaires moblisés :

Collaboration avec le Secours Populaire

L’association a apporté des conseils d’organisation et a prêté du matériel de rangement. 5 bénévoles du Secours Populaire ont aidé à la gestion et la répartition des objets le jour J et ont repris les objets réemployables restants en fin de journée (environ 20 % des apports en poids).

Autres partenariats

  •  Magasin Hyper U
  • Municipalité et services municipaux
  • Prestataire pour le montage et démontage du chapiteau

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :
  • Le concept de zone de gratuité est original et attire la curiosité.
  • L’organisation de l’évènement sur un lieu de passage a garanti un nombre de visiteurs important
  • Le cadeau donné aux bénévoles était fait avec les tissus d’un pantalon et d’un rideau. Un message de prévention sur les cadeaux de Noël « mini déchets » était inclus dans le sachet de tissu également.

Difficultés rencontrées :
  • Pour la première édition, le lieu était trop petit et un certain nombre de visiteurs a du attendre avant de pouvoir rentrer

      Solution : Les 2 éditions suivantes ont été organisées dans des salles de fêtes (plus pratique, plus chaud et plus de place)

  • Il y'a rapidement de grandes quantités d'objets qui arrivent, il faut prévoir beaucoup de rangements

Recommandations éventuelles :

L’action « zone de gratuité » est facilement reproductible sur n’importe quel territoire à condition de prévoir un site et une surface adaptée au nombre de visiteurs attendu

  • Pour le bon déroulement de la journée, désigner parmi les bénévoles, des responsables de certaines missions (par exemple un responsable « accueil », un responsable « rangement », etc.). Cela permet à tous les bénévoles d’avoir des interlocuteurs privilégiés.
  • Le rôle de l’agent de sécurité est également primordial.
  • Prévoir, si possible, de grandes affiches (minimum A3) pour identifier les espaces sous le chapiteau : « Espace Vêtements », « Espace Livres », etc.
  • Concernant la communication, il parait intéressant d’utiliser les ronds-points pour communiquer sur l’événement. En effet, sur le territoire du SITOA la voiture est le moyen de transport le plus utilisé, et certains ronds-points sont très utilisés.