Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Partenariats innovants - BicyclAide

fiche_exemplaire
expérience
exemplaire

BicyclAide

Centre Artisanal Léon Blum
132, rue Martre
92110 Clichy-La-Garenne

contexte

BicyclAide est un chantier d’insertion professionnel qui est actif dans le recyclage de vélos usagés. Tous les 6 mois, 10 salariés suivent une formation qualifiante en mécanique des cycles afin de renforcer leur bagage professionnel. Les cycles sont collectés auprès de différents acteurs du territoire dans une logique gagnant-gagnant (ce point sera analysé dans la fiche projet).
Au-delà de son projet social, BicyclAide promeut la mobilité douce et le transfert de savoir-faire en matière de réparation de cycles auprès de ses adhérents. Trois fois par semaine, l’atelier ouvre ses portes à ses adhérents pour faciliter la réparation de leur vélo.
 

Le contexte favorable en faveur du projet :

  • Le projet est à l’initiative d’une famille de Clichy qui désirait s’investir localement dans un projet en faveur du développement durable et plus spécifiquement en lien avec la promotion du vélo comme alternative au transport en voiture.
  • Cette famille a constaté l’absence d’atelier de réparation de cycles sur le territoire de Clichy et en parallèle, a constaté des demandes émanant de particuliers pour la réparation de vélo (offre – demande).
  • La famille désirait donner une tournure sociale à son projet en partant du postulat que l’activité de réparation de vélo pourrait être qualifiante pour des demandeurs d’emploi.
  • Les statistiques déchets ont prouvé qu’une importante masse de vélos était jetée chaque année et qu’il était judicieux de juguler ce gaspillage.
  • L’élément déclencheur de l’initiative a été l'attribution d'un local par la Ville de Clichy, qui a permis de créer l'association et de monter le projet. Les premières subventions obtenues ont été le Fonds de Confiance de France Active et l'ARSIE de la Région IDF, ainsi qu'un mécénat de JCDecaux, pour financer une étude de faisabilité. Désormais, l'Etat et le Conseil Général financent l'action grâce au conventionnement atelier chantier d'insertion (ACI). Hauts-de-Seine Initiative, le Secours Catholique, la Fondation Véolia, la Fondation Financière de l'Echiquier et les CIGALES (clubs d'investisseurs) ont été les premiers mécènes, qui ont financé le démarrage du projet.

 

Au niveau du développement de partenariats innovants :
Au-delà de la fourniture classique des vélos via une déchèterie gérée par Véolia et le don de particuliers, BicyclAide a inventorié une série d’acteurs potentiels du territoire qui pourraient l’alimenter en vélos. C’est sous l’impulsion du réseau de L’Heureux-Cyclage qu’un transfert méthodologique en matière de développement de partenariat a permis à BicyclAide d’estimer le potentiel de collecte  grâce à la collaboration de nouveaux acteurs territoriaux tels que la Police municipale, La Poste, l’enseigne Décathlon et les bailleurs sociaux.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

Augmenter quantitativement l’accompagnement de personnes en recherche d'emploi tout en accroissant substantiellement le niveau de collecte des vélos usagés, grâce à l’engagement de nouveaux acteurs dans le projet à finalité sociale et environnementale.

Résultats quantitatifs :
  • Les quantités de vélos collectés sont en nette progression depuis la consolidation des partenariats. En moyenne, plus de 300 vélos sont collectés annuellement grâce à l’engagement de 4 nouveaux acteurs dans le projet (la Police municipale de Clichy, La Poste, l’enseigne Décathlon et les bailleurs sociaux).
  • Les apports provenant de la déchèterie sont en baisse étant donné la moins bonne qualité des produits collectés.
  • L’apport des particuliers représente +/- 10% du flux total collecté.
  • La création de la structure a permis d’engager 3 permanents pour l'encadrement et de recruter 10 salariés en parcours d’insertion, qui passent chacun 6 à 24 mois à l'atelier. Actuellement, BicyclAide a formé 20 salariés dont 4 ont retrouvé de l’emploi.
  • +/- 600 vélos ont été réparés et vendus depuis le début de l’activité.
  • +/- 1500 vélos ont été recyclés (démontage pour pièces de rechange).
  • 3 magasins Décathlon sont devenus partenaires du projet.
  • 593 adhérents actuellement, 1270 au total depuis la création de l'association.

 

Indicateurs :

  • Nombre de vélos collectés par source d’approvisionnement (déchèterie, don des particuliers, magasins Décathlon, bailleurs sociaux, La Poste, Police municipale)
  • Nombre de vélos recyclés / vendus
  • Nombre de personnes en insertion requalifiées
  • Nombre de personnes ayant trouvé un emploi à la sortie de la requalification
  • Nombre d’adhérents
  • Taux de fréquentation des ateliers d’autoréparation
  • Estimation de la zone de chalandise de l’atelier
Résultats qualitatifs :

Facteurs de succès pour le développement des partenariats :

Décathlon :

  • La bonne connaissance du fonctionnement interne de l’enseigne et un relationnel bien établi avec les responsables des magasins a permis de faciliter le montage des partenariats.  L’encadrant technique de BicyclAide travaillait auparavant chez Décathlon !
  • Une enseigne active en matière de développement durable et qui promeut, en autre, le don du vélo usagé en contrepartie d’un bon d’achat sur un vélo neuf.
  • La formalisation des engagements mutuels dans une convention signée par les parties prenantes
  • L’explication claire de la démarche de BicyclAide dans une logique non concurrentielle par rapport à l’activité de réparation de Décathlon.

La Poste :

  • Un administrateur travaillait à La Poste et a donc établi un bon relationnel avec le Groupe. Un bon carnet d’adresses facilite les relations partenariales.
  • Accepter de la souplesse dans la négociation des engagements formalisés dans la convention partenariale. Par exemple La Poste demande, pour 10 vélos réformés offerts à l’association, de récupérer 1 vélo réparé. 

Police municipale :

  • Les services de la Mairie de Clichy ont facilité le partenariat avec la Police municipale afin de restituer à l’association les vélos abandonnés sur la voirie.

Bailleurs sociaux :

  • Les bailleurs sociaux ont mis à disposition de leurs locataires des locaux pour le rangement des vélos. Certains d’entre eux sont abandonnés et encombrent l’espace. Etant donné l’exiguïté des locaux, la demande de l’association de collecter les vélos abandonnés a permis aux bailleurs sociaux de récupérer de l’espace. 
  • En pratique, les vélos abandonnés sont balisés d’une étiquette qui demande au propriétaire de se manifester. En cas d’absence de réaction, les vélos sont offerts à l’association.

Dans bien des cas étudiés, le partenariat a été noué lorsque les arguments avancés par les parties prenantes ont rencontré un terrain d’entente dans une logique gagnant – gagnant !

 

Facteurs limitants :

Décathlon :

  • Les magasins possèdent des locaux exigus pour stocker les vélos usagés. Cet état de fait peut inciter certains magasins à ne pas vouloir collaborer dans une logique de don. 

Solution : l’association passe très régulièrement pour enlever les vélos usagés. Des appels téléphoniques réguliers renseignent l’association sur le niveau de collecte des vélos usagers en magasin.

  • L’activité de réparation de l’association peut être perçue comme concurrentielle à l’activité de réparation développée par les magasins Décathlon. 

Solution : mettre en avant les objectifs sociaux de la démarche associative et démontrer que l’initiative ne s’adresse pas à la clientèle fréquentant les magasins Décathlon, plus consumériste.

 

La Poste :

  • Trouver le bon interlocuteur en charge de la négociation partenariale car le partenariat avec la Poste se déroule à un niveau local. 

Solution : contacter la personne en charge de l’approvisionnement en matériel et/ou le responsable DD

  • Au niveau local, le don de vélos usagés dépend de la bonne volonté des postiers, qui n’ont pas forcément été impliqués dans le montage partenarial. 

Solutions : sensibiliser les postiers locaux à la démarche entreprise en organisant, par exemple, une visite des installations de réparation et en communiquant sur les résultats de réparation déjà engrangés. Communiquer régulièrement sur l’engagement de La Poste, tout en valorisant leur contribution.

  • Les vélos offerts par La Poste sont très robustes et très lourds. 

Solution : s’assurer que l’offre d’un tel produit recueille un écho favorable auprès des adhérents de l’atelier.

 

Police municipale :

  • Un tel partenariat implique la collaboration d’autres services municipaux. En réalité, la Police municipale marque les vélos abandonnés sur la voirie. Après 15 jours, si le vélo n’a pas bougé de place, ce sont les services municipaux en charge de la propreté publique qui seront amenés à couper le cadenas et à le remettre à BicyclAide.

Solution : sensibiliser les agents de la propreté publique à la démarche entreprise en organisant, par exemple, une visite des installations de réparation et en communiquant sur les résultats de réparation déjà engrangés. Communiquer régulièrement sur l’engagement de leur service, tout en valorisant leur contribution.

 

Bailleurs sociaux :

  • Un manque de communication en direction des locataires peut engendrer des frustrations ou des plaintes en cas d’enlèvement des vélos usagés.

Solution : améliorer la communication afin de préciser les conditions d’enlèvement des vélos. D’une manière générale, laisser un délai assez long entre l'annonce par affichage de l'opération et l’enlèvement des vélos, afin de laisser la possibilité aux locataires de réagir.

 

Valeur ajoutée d’une approche « multi-produits » :
Démarche mono-produit.

 

Valeur ajoutée d’une approche territorialisée :
Le soutien des 4 acteurs territoriaux a permis de garantir un approvisionnement régulier de vélos en termes de quantité et de qualité. L’approche territorialisée a été déterminante dans le projet.

Mise en oeuvre

Planning :
  • Le projet a maturé durant 3 ans avant de démarrer (2009 – 2011). L’activité a débuté en avril 2011.
  • Très rapidement, grâce au réseau de L’Heureux-Cyclage, le développement de différentes formes de partenariats a permis d’assoir l’activité.
Moyens humains :
  • 1 ETP d’encadrement technique
  • 1/4 ETP de coordination du projet
  • 1/2 ETP dédié à l’accompagnement socio-professionnel
  • 10 salariés en parcours d’insertion professionnelle qui se forment à la mécanique du cycle et qui transfèrent leurs connaissances aux adhérents de l’association lors des ateliers d’autoréparation
  • 1 salarié en emploi d'avenir
  • 1 service civique
  • une trentaine de bénévoles
Moyens financiers :
  • La vente des vélos réparés et la cotisation des adhérents représentent un budget de fonctionnement variant entre 25000 € et 30000 € par an. 
  • Actuellement, près de 600 adhérents cotisent à l’association à un tarif libre à partir de 16 € / an.
  • La hauteur des subventions publiques et du mécénat n’a pas été communiqué.
  • Le local est loué à prix très modique par la Mairie de Clichy. Les charges locatives sont prises en charge par l’association.
Moyens techniques :
  • L’équipement technique de l’atelier est estimé entre 5000 et 10000 €.
  • L’atelier de réparation est d’une surface de +/- 40 m2.
  • La zone de stockage des pièces détachées et des cadres est estimée à 150 m². 
  • L’accueil des visiteurs et la vente des vélos sont réalisés dans un local unique et de faible superficie.
Partenaires moblisés :
  • Fonds Social Européen
  • Etat - DIRECCTE des Hauts-de-Seine
  • Conseil Régional d'Ile-de-France
  • Conseil Général des Hauts-de-Seine
  • Ville de Clichy
  • France Active
  • Hauts-de-Seine Initiative
  • études ET chantiers Ile-de-France
  • CHANTIER école Ile-de-France
  • CIGALES
  • Secours Catholique
  • JCDecaux
  • Fondation Véolia
  • Fondation Financière de l'Echiquier
  • Mondadori France
  • Fondation SNCF

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :
  • La reproductibilité de cette initiative est facilitée par le réseau de L’Heureux-Cyclage qui accompagne les porteurs de projets similaires. De plus, les acteurs territoriaux partenaires de l’initiative de BicyclAide sont largement représentés sur le territoire national. Pour la plupart d’entre eux, les engagements en matière de DD sont pris à un niveau national pour être ensuite déclinés dans des initiatives locales.
  • La reproductibilité de l’initiative BicyclAide peut être encouragée grâce aux sources de financements publics et privées dans les territoires.
Difficultés rencontrées :

-

Recommandations éventuelles :
  • Posséder ou acquérir la fibre commerciale pour bien « vendre » son projet.
  • Ne pas hésiter à frapper à des portes qui semblent éloignées du contexte « réparation » mais qui sont en réalité très intéressantes à mobiliser.
  • Réaliser une carte des acteurs du territoire par secteur d’activités afin d’identifier les structures avec lesquelles un partenariat pourrait être tissé.
  • Bien connaître le mode de fonctionnement des partenaires que l’on désire mobiliser afin d’anticiper les leviers qui permettront de figer le partenariat.
  • Travailler son argumentaire en faveur du partenariat afin de trouver des axes de convergence dans une logique gagnant – gagnant.
  • Négocier les termes du partenariat avec une certaine souplesse afin de répondre aux attentes les parties prenantes.
  • Passer par des personnes relais ou des structures relais pour faciliter le montage du partenariat : exploiter les carnets d’adresses et le relationnel. Exemple : un élu pourrait connaître personnellement un Directeur de magasin car ils se côtoient dans des réunions Service Club (Lion’s, Rotary, Inner Wheel…).