Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience

Pérennisation du dispositif de compostage partagé (sites de compostage en pied d’immeuble et chalets de compostage) : accompagnement, approvisionnement en structurant, etc.

Sybert - Syndicat mixte de Besançon et de sa région

4 rue Gabriel Plançon
25043 Besançon
Illustration de l’opération :

Consignes de tri en compostage partagé

(Crédits de l'image : Syndicat mixte de Besançon et sa région pour le traitement des déchets)

contexte

En 2008, la décision politique a été prise de fermer l’un des deux fours de l’UVE et de s’orienter vers une politique ambitieuse de réduction des déchets à la source pour passer de 50 000 à 30 000 tonnes d’OMR par an. Pour ce faire, la collectivité s’est engagée dans la promotion de la prévention des déchets et du tri-recyclage, le développement du compostage de proximité et la mise en place de la tarification incitative (mise en place entre 2011 et 2013 sur tout le territoire). La promotion du compostage individuel a été mise en place dès la fin des années 90 avec des distributions de composteurs à tarif préférentiel. En 2009, ce dispositif a été renforcé avec la mise en œuvre d’un dispositif de compostage partagé déployé au niveau de l’habitat collectif. Pour assurer l’efficacité et la pérennité de ce dispositif, l’accent a été mis sur l’accompagnement des sites et la formation des habitants bénévoles, réalisés par une association prestataire de service. En milieu urbain dense, une solution complémentaire aux composteurs en pied d’immeuble a été proposée : le chalet de compostage. Par ailleurs, pour faire face à la problématique récurrente de l’approvisionnement en structurant, plusieurs solutions ont été recherchées et sont proposées par le Sybert (mise à disposition gratuite, commande et livraison par un prestataire, …).

objectifs et résultats

Objectifs généraux :
  • Déployer les sites de compostage partagé en habitat urbain en adaptant les solutions proposées au contexte et aux besoins des habitants (site en pied d’immeuble ou chalet de compostage)
  • Rendre le compostage facile et accessible notamment grâce à l’accès 7j/7 et 24h/24 des chalets de compostage
  • Assurer la pérennité de la pratique grâce au dispositif d’accompagnement mis en œuvre et à la recherche de solutions pour l’approvisionnement en structurant des sites
  • Réduire les nuisances liées au compostage de proximité (odeurs, moucherons, rongeurs)
Résultats quantitatifs :

Chalets de compostage :

  • 11 chalets en fonctionnement sur domaine public
  • Permettant de détourner environ 50 tonnes par an de biodéchets compostés (pesées des apports de 2012 à 2017)
  • Desservant 5 300 foyers (soit 10 % de l’habitat collectif) parmi lesquels 1 500 participent (28 %)

Compostage en pied d’immeuble :

  • 310 sites en fonctionnement



  • Environ 350 tonnes par an de biodéchets compostés (sur la base d’un ratio de 40 kg/hab/an)
  • Environ 10 000 logements desservis (soit 20 % de l’habitat collectif)
  • 30 à 40 % de foyers participants au démarrage
  • Bilan au niveau des demandes : 439 demandes d’habitants depuis 2010, 81 projets non aboutis ou refusés en AG (soit 19 %), 32 sites arrêtés
  • 1 000 référents de site identifiés depuis 2010 : 250 référents formés, 400 ne sont plus référents, 1/3 des sites ont un seul référent

Composteurs individuels :

  • 20 524 composteurs distribués depuis la fin des années 90
  • D’après le dernier sondage IPSOS 2018 : 77 % des habitants en maison individuelle déclarent composter
  • 7 000 tonnes par an de biodéchets compostés (sur la base du ratio ADEME 70 kg/hab/an et le taux de participation résultant du sondage IPSOS)

Comparaison du potentiel compostable sur le territoire du Sybert par typologie d’habitat :

Résultats issus de la campagne de caractérisation des ordures ménagères résiduelles 2018

La fraction ciblée par le compostage varie de 22 à 49 kg/hab/an selon la typologie d’habitat (37 kg/hab/an en moyenne sur le Sybert). Il y a également 12 % de fraction organique qui n’est pas ciblée par le compostage (déchets carnés, gaspillage alimentaire emballé, part organique des fines), tout type d’habitat confondu.

Résultats qualitatifs :
  • Développement de lien social
  • Appropriation de l’espace collectif
  • Très peu de vandalisme et de dépôts inappropriés
  • Utilisation locale du compost et projets de jardinage
  • Services appréciés des usagers

Bilan : avantages/inconvénients des différents types de solution de compostage partagé

Mise en oeuvre

Description de l'action :
  • Mise en place de solutions techniques de compostage partagé adaptées à la typologie d’habitat

Différentes solutions de compostage de proximité et lombricompostage sont proposées par le Sybert aux habitants du territoire en fonction de leur typologie d’habitat.

Pour l’habitat collectif, deux solutions sont proposées : le composteur collectif en bas d’immeuble lorsque la résidence dispose d’un espace vert ou, le cas échéant, la mise en place d’un chalet de compostage. L’installation d’un nouveau site de compostage en pied d’immeuble se fait à l’initiative des habitants, contrairement au chalet de compostage où l’initiative vient de la collectivité.

  • Chalets de compostage : 

    

Chalet de compostage avec volet d’apport volontaire

Un chalet de compostage se compose d’une structure en bois (douglas, mélèze) et de tôles perforées empêchant l’intrusion des rongeurs, d’une capacité de 5 ou 10 m3 et permettant de valoriser jusqu’à 10 tonnes de biodéchets par an. Les chalets de 10 m3 sont composés de : 1 cellule d’apport de 1 m3, 3 cellules de maturation de 2 m3, 1 bac de stockage du broyat de 2 m3. La capacité d’accueil théorique est de 100 foyers, mais en pratique jusqu’à 200 foyers sont accueillis sur certains chalets. Le nombre de foyers desservis par un chalet correspond au nombre de logements situés dans un rayon de 200 m autour du chalet ; pour les chalets du centre-ville, approximativement 500 foyers sont desservis par chalet. Le taux de participation moyen étant de 30 %, 100 à 200 foyers participent.

Les études et la conception des chalets sont réalisées par le Sybert (plans projet, déclaration de travaux, convention, …) lequel vérifie que les conditions de faisabilité sont réunies (espace au sol de 25 m², site accessible en véhicule, distance minimale de 25 m des habitations).

Leur construction est réalisée par un chantier d’insertion et les matériaux proviennent de ressources locales.

L’ensemble des coûts relatifs aux travaux et fournitures de matériaux sont pris en charge par le Sybert (avec subventions de l’ADEME).

Ces équipements sont réservés aux secteurs d’habitat très dense, où l’installation de composteurs en pied d’immeuble n’est pas possible (absence d’espaces verts notamment). L’accès est réservé aux habitants (pas de professionnels) munis du code d’accès ; celui-ci est transmis par email avec les consignes d’usage à respecter. Les demandeurs sont inscrits sur une liste, mais il n’est pas possible de connaitre le taux de participation réel. Les usagers ont la possibilité d’aller récupérer un bioseau gratuit au Sybert.

Les chalets sont accessibles en permanence 24h/24 et 7 j/7.

  • Composteurs en pied d’immeuble :