Rôle des acteurs de la construction

Les chantiers du BTP rassemblent un nombre et une diversité élevés d’intervenants : sur le chantier même, pour ce qui concerne ses approvisionnements et finalement la gestion de ses déchets.

Chacun de ces acteurs a un rôle spécifique à jouer et sa part de responsabilité quant à la prévention et la gestion des déchets.

Les trois acteurs principaux, directement impliqués dans le chantier sont : 

  • le Maître d’ouvrage (MOA) est commanditaire du projet, donneur d’ordre et en supporte le coût. La maîtrise d’ouvrage peut être publique, selon les missions définies par la loi « MOP » (loi n° 85-704 du 12 juillet 1985 modifiée), ou privée, s’agissant d’une entreprise ou de toute autre entité non publique (bailleur social, association…). L’État, les collectivités territoriales, les bailleurs sociaux et la SNCF figurent parmi les plus gros maîtres d’ouvrage ;
  • le Maître d’œuvre (MOE) est la personne physique ou morale missionnée par le MOA pour concevoir, coordonner et contrôler la bonne exécution du projet ;
  • les entreprises de travaux (construction, rénovation, déconstruction) où on distingue le gros œuvre (construction de l’ossature du bâtiment) du second œuvre, ce dernier présentant des marges de progrès importants sur la gestion des déchets.

Sur le chantier, plusieurs autres acteurs peuvent aussi être impliqués dans la prévention et la gestion des déchets du BTP : fournisseurs de matériaux et d’équipements, bureaux d’études complémentaires à la MOE, assureurs, éco-organismes, entreprises de l’économie sociale et solidaire, collecteurs de déchets, collectivités territoriales, etc.

Focus sur les acteurs nationaux de référence

Les fédérations et organisations professionnelles :

Les associations de collectivités locales :

  • Association des maires de France (AMF) impliquée dans le projet DEMOCLES, ou AMORCE, qui anime un groupe d’échange sur ces questions, en partenariat avec l’ADEME.

L’ensemble du secteur de l’habitat social :

Ce secteur est représenté nationalement par l’Union sociale pour l’habitat (USH), ainsi que le Comité national de liaison des régies de quartier (CNLRQ).

Les instituts et centres techniques, publics ou privés, contribuant aux recherches et études :

  • dans le secteur du bâtiment : le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), le Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (CERIB) ou le réseau des Centres techniques industriels (CTI) ;
  • dans le secteur des travaux publics : l’Institut pour la recherche appliquée et l’expérimentation en génie civil (IREX), le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA) ou l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR).