Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Réseau de volontaires "Jardinons nos territoires"

fiche_exemplaire
expérience
exemplaire

Calitom

Ze la Braconne
19 Route du Lac des Saules
16600 Mornac
Alexa Badin
abadin@calitom.com

contexte

« Jardinons nos territoires », c’est l’histoire d’une mobilisation humaine pour l’émergence d’un territoire sans gaspillage, ni déchet. Il s’agit d’une démarche innovante s’appuyant sur l’intelligence collective menée par des Charentaises et Charentais à destination du plus grand nombre. Cette initiative vise tout à faire évoluer les pratiques vers plus de durabilité dans les modes de vie et de consommation.

 

Lancée en 2014 par CALITOM, service public de prévention et gestion des déchets en Charente, l’initiative s’inscrit dans la volonté de créer un réseau départemental de bénévoles pour partager et diffuser des pratiques plus responsables en lien avec le jardinage au naturel et la réduction à la source des déchets. Instigateur principal de cette initiative, CALITOM recrute, forme et accompagne toute personne désireuse de s’impliquer dans cette démarche en laissant carte-blanche aux « Volon’Terres » dans leurs actions.

 

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

"Tentons de faire comme Candide (de Voltaire) qui cultive son jardin, et jardinons notre territoire : essayons ensemble de changer les choses, de les améliorer, faisons à notre niveau évoluer la société en vue de la rendre meilleure.

 

L’opération "Jardinons nos Territoires" vient de l’idée de créer un réseau de bénévoles, "Volon’terres", capable de compléter voire décupler sur le département de la Charente le travail de sensibilisation  et d’information dans leur environnement proche

 

"Jardinons nos Territoires" a pour vocation de :

- s’appuyer sur les charentais pour encourager les modes de consommation plus respectueux,

- faciliter le partage et la transmission des gestes de prévention,

- créer des moments d’échanges et des ateliers visibles et accessibles au plus grand nombre ;

- proposer des alternatives à la production et la nocivité des déchets.

Résultats quantitatifs :
  • 1 campagne de recrutement de bénévoles dans la presse locale et le magazine de la collectivité ;
  • 50 bénévoles ont suivi tout le programme de formations ;
  • 90 « Volon’Terres » inscrits dans la démarche (2016) ;
  • 1300 visites sur le site internet ;
  • 2 835 clics sur le quotidien numérique du Charente Libre ;
  • 202 personnes atteintes via Facebook ;
  • 4 parutions dans des journaux quotidiens ;
  • 7 animations et ateliers réalisés par les Volon’Terres en autonomie.

 

Certains Volon’Terres sont en capacité de réaliser des ateliers en autonomie et d’autres souhaitent être accompagnés par les animateurs de Calitom.

Résultats qualitatifs :

Toutes les actions entreprises ont eu pour bénéfice de créer un noyau fort de 50 Volon’terres motivées et à même de prendre le relais des animations.

Près de la moitié est déjà prêt à participer activement à des animations (10% se sentent aptes à réaliser des animations, 33% supplémentaires selon leur temps et le sujet) - enquête menée auprès de Volon'terres.

 

Mise en oeuvre

Planning :

Avril 2014 : lancement de la définition du réseau et de son animation, mise en œuvre d’un programme d’interventions sur les territoires en collaboration avec les services et le cabinet d'étude (Auxilia associée aux Jardins d’Isis, une association charentaise).

 

Juin 2014 : Un appel aux bénévoles est lancé dans le magazine Poubelle la Vie (120 000 ex) et auprès des communes.

 

Août 2014 : Les bénévoles sont réunis avant le début des temps de formation. La démarche est présentée à tous.

 

Septembre 2014 à août 2016 : Formation des bénévoles afin de compléter leur niveau de connaissance et leur permettre ensuite de réaliser par eux-mêmes des animations sur la prévention et le tri des déchets ou de développer des initiatives locales capables d’agir sur la production de déchets…

 

Moyens humains :
  • Un agent du service prévention des déchets ;
  • Une intervention ponctuelle du service de communication.

 

Moyens financiers :
  •  75 400 HT € , pour l'accompagnement (conception/animation/conseils durant 2 ans)
  • 17 000 € HT. pour le budget  communication (campagne publicitaire, forum d'échange sur le site internet, outils d'animation pour les volon'terres) :
Moyens techniques :

Un espace de partage, qui a été choisi privé par les Volon'terres rassemblant : un annuaire des Volon'terres, carte de co-voiturage pour faciliter leurs déplacements aux formations/réunions, calendrier de formation, documents utiles, forum d'échanges organisé autour de plusieurs rubriques (jardinage au naturel, consommation responsable, troc et échanges, initiative locale, formations, autres)

 

Une campagne de promotion pour étoffer le réseau : des visuels ont été créés sous la forme de portraits des Volon'Terres présentant la variété de la démarche : le don de graines, le compostage, le nourissage des animaux, le jardinage naturel, les produits d'entretien, les fruits et légumes de saison, la réparation

 

Une carte interactive de localisation : les usagers pourront ainsi trouver et faire appel aux personnes relais en matière de prévention et de réduction des déchets résident dans leur proche environnement

 

Supports d'informations et outils pédagogiques : carte de membre, kit de parrainage, ,

 

Partenaires moblisés :
  • Les communes et élus référents.
  • Le bureau d’études Auxilia : Auxilia a accompagné Calitom dans la conception et l’animation du réseau de bénévoles.
  • L’association Les Jardins d’Isis
  • L’association « Les Jardins d’Isis » à réaliser la formation des bénévoles sur le thème du jardinage au naturel.

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

La mise en place d'un réseau est possible sur tout territoire mais elle peut-être plus aisée sur un territoire plus dense type communauté de communes ou agglomération.

 

 

 

Difficultés rencontrées :

"Jardinons Nos Territoires" est une démarche novatrice qui nécessite de la pédagogie :

  • La nécessité d’un portage politique fort ;
  • Ne pas faire à la place de, mais apporter des éléments facilitant l’autonomie des bénévoles ;
  • La création du réseau de bénévoles est à l’initiative de la collectivité dont la finalité est être portée par les citoyens. Ainsi, la pérennité de l’action est à co-construire avec les bénévoles.
Recommandations éventuelles :

L'animation requiert de l'accompagnement au quotidien et sur le terrain, donc du temps de la part des services. Il est aussi important de prévoir le passage du relais à la fin de la mission du prestataire.

 

Facteurs d'accélérations :

Créer les conditions de la convivialité et la cultiver ;
Proposer des formations avec apports théoriques, mais surtout pratiques avec des messages simples, du type Formation-Action;
Avoir des objectifs clairs partagés avec les bénévoles pour une meilleure appropriation de l’action en cours ;
Création de groupes en fonction de la localisation géographique des bénévoles.

 

Freins :

La taille du territoire ;
Notion du temps différente pour la construction d’un projet citoyen et pour un projet descendant porté par une collectivité.