Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Partenariats innovants - Eco-Systèmes

fiche_exemplaire
expérience
exemplaire

Eco-système

12, Place de la Défense
92400 COURBEVOIE

contexte

Cette fiche de synthèse présente le positionnement de l’éco-organisme en faveur des politiques de réemploi/réparation.  Eco-Systèmes est l’éco-organisme responsable de la collecte et la valorisation des DEEE.  Il a été mis sur pied par les représentants des producteurs et des distributeurs (participation unique dans les éco-organismes). 

Le contenu de cette fiche provient à la fois du site internet d’Eco-Systèmes, d’une interview filmée de Guillaume Duparay (responsable des partenariats chez Eco-Systèmes) et d’un contact téléphonique avec M Duparay.

La fiche consacrée aux ADB d’Emmaüs prolonge et illustre le partenariat noué entre l’éco-organisme et la société d’économie sociale et solidaire.
 

Eco-Systèmes est un éco-organisme agréé en 2006 par les Pouvoirs Publics.  Il a pour vocation d’organiser la collecte, la dépollution et le recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE).
Pour mener à bien sa mission d’intérêt général, Eco-Systèmes travaille avec un réseau de partenaires pour la collecte (distributeurs, collectivités locales, acteurs de l’économie sociale et solidaire tels que Emmaüs ou Envie), un réseau de prestataires spécialisés dans la logistique (transport) et des acteurs du traitement des DEEE.
Eco-Systèmes est une entreprise à but non lucratif créée par 35 producteurs et distributeurs d’appareils électriques et électroniques.
3 piliers fondateurs pour le fonctionnement de l’éco-organisme :

  • Accord avec la distribution pour la collecte des produits
  • Accord national avec les structures de l’économie solidaire et sociale dès 2005 (Emmaüs et Envie)
  • Filière de haute qualité environnementale, tout en favorisant les filières locales et non délocalisables
     

objectifs et résultats

Objectifs généraux :
  • Améliorer les niveaux de collecte qui sont très bons en milieu rural et semi rural mais très perfectibles en milieu urbain dense alors que la qualité des DEEE est généralement très bonne dans ces territoires.
  • Le niveau de collecte au niveau national est de 7 kg/an/personne en moyenne.  Face à ce bilan mitigé, Eco-Systèmes doit mettre en place des dispositifs favorisant le don, l’échange, la réparation et in fine le recyclage :

Des solutions de collecte de proximité sont mises en œuvre actuellement au travers la création d’une plateforme internet en faveur du don.  Les premiers résultats sont très encourageants.
Des appels d’offre sont lancés à destination des opérateurs du secteur, des entreprises privées et des structures de l’économie sociale et solidaire pour améliorer les performances de captage des flux.
L’orientation vers de nouveaux flux de produits tels que les téléviseurs à écran plat sont inscrits dans une politique de recherche et développement.

  • Eco-Systèmes lance des appels d’offres en parfaite transparence et de manière concurrentielle à destination des acteurs spécialisés dans la logistique et le traitement.  Des lignes directrices ont été définies par Eco-Systèmes et le Ministère de l’Ecologie pour rendre les procédures d’appel d’offre les plus transparentes possibles afin de garantir un accès égal des candidats opérateurs.  Un comité réunissant les différents opérateurs se penche sur les éléments d’amélioration concernant les lignes directrices.

 

Pour le secteur de la logistique et du traitement (soumis à la concurrence):

  • En termes d’emplois, le secteur a créé 2100 ETP. 
  • 150 M € investis dans les outils de traitement
  • Des outils industriels se développent et se modernisent
  • Des performances de dépollution sont mesurées et contrôlées

 

Pour le secteur du réemploi et de la réparation (non soumis à la concurrence):

  • 1450 emplois créés
  • Un engagement fort d’Eco-Systèmes dans le soutien des activités de réemploi et de la réutilisation
  • En 2010, 15% du gisement total collecté a été confié aux acteurs de l’économie sociale et solidaire.
  • 478 000 appareils réutilisés et réemployés en 2012
  • Un financement de 5.5 M € pour le secteur porté exclusivement par Eco-Systèmes
  • Modèle unique en Europe qui finance le réemploi et la réutilisation.

 

Au total, la filière globale emploie +/- 3600 ETP, ce qui correspond à 8 ETP pour 1000 T collecté, transporté et valorisé.

 

2 modèles de réinsertion professionnelle sont présents sur le territoire :

  • Modèle Envie : contrat à durée déterminée de 24 mois avec un parcours professionnalisant et un taux de placement des personnes très important
  • Modèle Emmaüs : 1100 ETP pour la collecte et le réemploi.  Modèle basé sur le compagnonnage auprès de personnes en décrochage social.  Il n’y a pas, chez Emmaüs, de formation diplômante en lien avec l’activité exercée. 

 

Les objectifs définis par la Directive européenne des DEEE impose un doublement du taux de collecte d’ici 2019 passant de 7 à 14 kg/an/personne.

La filière était cependant inquiétée par l’arrêt du mécanisme de l'éco-participation fixe (taxe payée lors de l'achat d'un appareil neuf et reversée à Eco-Systèmes) qui devrait disparaître après le 13 février 2013.  L'éco-participation peut aller de quelques centimes pour certains petits appareils à 13 euros pour un gros réfrigérateur.  L’éco-participation est le mécanisme financier qui permet de financer la politique de réemploi en France.

Cependant, une décision politique a prolongé le mécanisme de l’Eco-participation jusqu’en 2020 afin de garantir la viabilité de la filière DEEE.

 

Résultats

5 ans après sa mise en œuvre, les objectifs ont été remplis : l’activité fondamentale pour Emmaüs de récupération et de valorisation des DEEE a pu être préservée et développée, des postes de travail pérennisés et créés, des axes de progrès en matière de formation et de savoir-faire de réemploi ont été mis en œuvre.
 

Résultats quantitatifs :

-

Résultats qualitatifs :

Facteurs de succès du partenariat :

  • Les enseignes de la distribution jouent le jeu en termes d’approvisionnement des structures de l’économie sociale et solidaire.  Le partenariat à ce niveau fonctionne bien entre les parties prenantes.
  • Le modèle économique est durable et correspond à une demande locale évaluée par la fréquentation des magasins Envie et par le nombre de demandes non satisfaites en objet de seconde main réparé.  Ce modèle économique est viable pour les objets avec une valeur intrinsèque et résiduelle favorable.  Des produits d’une valeur marchante de moins de 20 €, ne peuvent pas soutenir l’équilibre économique d’une politique en faveur de la réparation
  • La professionnalisation d’Envie et dans une moindre mesure d’Emmaüs sur la standardisation des procédés de réparation fait que ces deux acteurs deviennent incontournables dans le modèle développé en France en faveur du réemploi/réparation.  Eco-Systèmes soutien financièrement la professionnalisation des 2 structures à travers la fourniture de supports de formation (ex : guide numérique), la définition de standards de réparation et de formation qualifiante pour le personnel encadrant.  A titre d’exemple, Emmaüs fait appel à des anciens professionnels du SAV afin de renforcer la qualification de son personnel encadrant.
  • L’adaptabilité d’Envie et d’Emmaüs en ce qui concerne la réparation de  nouveaux produits entrant dans le circuit de la seconde main (ex : écrans plats, tablettes numériques).  Leur savoir-faire acquis grâce à la réparation d’ordinateurs, d’électroménagers et de portables est aisément transférable sur une gamme de nouveaux produits
  • La qualité des opérations de réparation réalisées sur les produits renforcent le niveau de confiance entre Eco-Systèmes et les 2 opérateurs.  Tout cela se traduit pour le consommateur par une garantie pouvant aller jusqu’à 1 an pour l’électroménager sortant des ateliers et des magasins d’Envie.

 

Facteurs limitants contextuels :

  • La concurrence d’autres structures de l’économie sociale et solidaire qui n’adoptent pas les mêmes standards de qualité qu’Emmaüs et Envie (ex : transfert des déchets vers les pays en voie de développement, absence de plan de formation, non-respect des conditions de travail prescrites par le Ministère du travail)
  • La concurrence des nombreux sites internet d’achat de produits d’occasion qui captent actuellement entre 15 et 20% du gisement DEEE

Solution : Eco-Systèmes développe une plateforme internet de proximité qui permettra d’améliorer le niveau de collecte des DEEE

 

Facteurs limitants du partenariat:

  • Le relatif manque de réactivité d’Emmaüs pour la collecte de biens au domicile des donateurs, en particulier en habitat très dense.  Cette difficulté est due aux charges de fonctionnement occasionnées par les déplacements (achat camion, gasoil, assurances…).
  • Les modalités d’approvisionnement en produits usagés basées sur le don chez Emmaüs montrent des signes de faiblesse en termes de quantité et de qualité
    è Solution : Eco-Systèmes étudie de nouveaux schémas d’approvisionnement grâce au développement de plateforme de collecte chez les distributeurs
  • La garantie octroyée par Emmaüs sur les produits réparés est moins contractualisante que chez Envie
     

mis en oeuvre

Planning :

-

Moyens humains :

-

Moyens financiers :

-

Moyens techniques :

-

Partenaires moblisés :

Association.

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

-

Difficultés rencontrées :

-

Recommandations éventuelles :

-