Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Formation des animateurs en centres de loisirs sur la thématique du gaspillage alimentaire

Commune de Neuilly sur Seine

Hôtel de Ville - 96, Avenue Achille Peretti
92200 Neuilly-sur-Seine
Illustration de l’opération :

La mallette anti-gaspi regroupant tous les supports d'animat

contexte

La Ville de Neuilly-sur-Seine est engagée dans un Programme Local de Prévention depuis 2012. A ce titre, plusieurs actions de prévention ont été menées telles que le développement du compostage, la mise en place de collectes solidaires, la diffusion du stop pub, etc.

 

Une formation des animateurs en centres de loisirs a été proposée, afin que ces derniers puissent sensibiliser les enfants, et indirectement leur foyer, sur la thématique du gaspillage alimentaire.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

Sensibiliser les animateurs sur la thématique du gaspillage alimentaire, leur apporter les connaissances pour transmettre aux enfants les bons gestes, et créer des supports d’animation pour le temps périscolaire. Ainsi la formation s’est déroulée en plusieurs étapes :

 

  • Connaissance théorique sur le gaspillage alimentaire et les gestes du quotidien permettant d’éviter le gaspillage alimentaire.
  • Découverte de supports d’animation existants sur le gaspillage alimentaire.
  • Création de supports d’animation, et test avec les enfants.
Résultats quantitatifs :

Formation et sensibilisation de 13 animateurs (un par centre de loisirs).

 

Création de deux supports d’animation sur la thématique du gaspillage alimentaire : un jeu de l’oie anti gaspi, un jeu sur l’alimentation à travers le monde et le gaspillage alimentaire.

 

Création d’un kit d’animation sur le gaspillage alimentaire, regroupant les supports créés et les supports achetés ou récupérés (Jeu Stop au Gaspi E-graine Normandie, et le Jeu de carte Ca Suffit Le Gâchis de l’ADEME et de la Fondation Goodplanet).

Résultats qualitatifs :

Partenariat entre le service déchets et le service de l’enfance, concernant la mise en place de la formation, mais également sur les actions post formation (mise en place d’un planning de réservation pour le kit d’animation, et d’un fichier bilan du nombre d’ateliers menés avec les enfants et du nombre d’enfants sensibilisés).

 

Réel succès des outils d’animation créés auprès des enfants (test des supports dans un centre de loisirs en fin de formation). 

 

Animateurs sensibles au sujet et motivés, formation très interactive.

 

Mobilisation possible des animateurs (nouveaux relais) par la chargée de prévention pour de futures actions.

Mise en oeuvre

Planning :

Fin 2016 : naissance du projet entre les deux services, mise en concurrence, préparation de la formation avec le prestataire, création du planning de formation, appel aux animateurs volontaires.

 

Janvier à juin 2017 : deux jours de formation par mois.

Moyens humains :

1 animatrice PLP : création du projet et mise en place

1 coordinateur de l’enfance : appel aux animateurs volontaires, planning de la formation et lieu de formation

13 animateurs en centre de loisirs : 2 jours par mois pendant 6 mois

2 formateurs (Association PikPik Environnement)

Moyens financiers :

Coût de la formation : 3960 €

Moyens techniques :

Salle de formation

Matériel pour la création des supports (cartons, peinture, cartes plastifiées etc.)

Partenaires moblisés :

Service de l’enfance, Coordinateur de la petite enfance, Prestataire de restauration collective en milieu scolaire et périscolaire (SOGERES), Directeur d’écoles et de centres de loisirs.

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

Cette action peut être menée sur d’autres territoires. Nécessité de mettre en lien le service déchets et le service de l’enfance. La formation peut éventuellement être menée par un(e) chargé(e) de prévention.

Difficultés rencontrées :

La création de supports d’animation par les animateurs eux-mêmes, et la création d’un kit anti-gaspi à partir d’une vieille mallette.

Recommandations éventuelles :

S’assurer que les messages qui seront transmis ne contiennent pas d’aspect moralisant et que les supports d’animation créés soient bien en rapport avec le gaspillage alimentaire.