Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Collectes séparées préservantes en vue d'activités de réemploi et de réparation - Réseau National des Ressourceries

fiche_exemplaire
expérience
exemplaire

Réseau des Ressourceries

4 r Delesalle
59110 LA MADELEINE

contexte

Le projet vise à diminuer le tonnage des encombrants grâce à une amélioration du niveau et de la qualité de collecte et de valorisation des TLC, DEEE, DEA et de petits encombrants ménagers (bibelot, jouets, livres, cycles, décoration, puériculture…) via l’installation d’une part de conteneurs dans les déchèteries en partenariat avec les collectivités territoriales et d’autre part une collecte préservante sur rendez-vous pour les personnes ne pouvant pas se rendre en déchèterie.

Ce projet a été initié à l’échelle nationale et se décline localement.
Les chiffres ici présentés représentent 56 structures sur une activité 2011.

 

Les deux éléments déclenchants en 2000 ont été la prise en compte de l’augmentation importante des quantités d’encombrants collectés dans les déchèteries et de la quantité important d’objets « perdus » en bon état au sein des bennes encombrants. La loi Grenelle en 2008 est venue renforcer les initiatives existantes.

La motivation environnementale et militante de l’époque n’a pas fait oublier aux associations la nécessité d’un modèle économique d’où la recherche du partenariat avec les EPCI pour une reconnaissance du service.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

En développant la filière du réemploi, en accompagnant les porteurs de projets et les collectivités sur des aspects :

  • Techniques
  • Juridiques
  • Financiers

Le RR souhaitait également mettre en place des indicateurs de qualité.

 

Résultats :

En 2011, 18.818 tonnes de déchets collectés, dont :

  • 9.789 de déchets encombrants,
  • 2.032 de D3E
  • 2.086 de textiles

1.300 salariés (41 % de femmes) :

  • 26% de CDI, 3% de CDD, 71% de contrats d’insertion

82% des Ressourceries ont au moins un partenariat contractualisé avec une collectivité territoriale

34 % de réutilisation/réemploi et 48 % de recyclage, soit 82 % de valorisation des encombrants, D3E et TLC

1.545 actions de sensibilisation, 50.795 personnes sensibilisées

4.907.294 € de chiffre d’affaires global en ventes réutilisation/réemploi, 334.334 € de chiffre d’affaires global en ventes matières

Entre 2011 et 2012, le nombre de nouvelles Ressourceries est passé de 82 à 109 (chiffres 2012 à venir).

Résultats quantitatifs :

Les collectivités suivent chaque année l’évolution des tonnages collectés. Les Ressourceries suivent qu’en à elle leur résultat 350 indicateurs défini par le RR et obligatoires à l’adhésion.

Résultats qualitatifs :

Facteurs de succès :

  • La qualité du partenariat (bonne compréhension des objectifs des parties prenantes, être dans une relation gagnant – gagnant)
  • Projet mené à l’échelle nationale sur des territoires aussi bien ruraux que urbains.

 

Facteurs limitants :

  • Financement des formations par les structures.

Solution : organiser des réunions d’information en grande région avec les OPCA et les Ressourceries. Mise en contact et explication de la méthodologie pour les demandes de financements.

  • Motivation progressive des élus et responsables de services pour permettre la formation des gardiens de déchèteries.

Solution : présenter les objectifs pédagogiques et inviter les agents dans le groupe ressourcerie (pas de financement de la collectivité qui est différent).

 

Valeur ajoutée d’une approche « multi-produits » :
Le concept de Ressourcerie impose le multi-produits dans une optique d’optimisation de la gestion ainsi que dans l’atteinte de l’équilibre économique.

 

Valeur ajoutée d’une approche territoriale
Des partenaires qui se connaissent, une activité mettant en relation des produits disponibles et la population locale (apporte des produits et reprend des produits).
Il y avait un savoir-faire sur le territoire de la collectivité en matière de collecte de biens usagés.
De plus, au-delà des tonnages les emplois créés et les retours à l’emploi apport une plus value sociale.
Dans le cas du développement du secteur de réparation des liens pourraient se mettre en place entre les nouvelles entreprises créées et les Ressourceries notamment de l’IAE.

Mise en oeuvre

Planning :

Afin de permettre l’efficience des activités un audit des structures à permis d’identifier des difficultés à capter  les produits en bon état :

  • Manque de coopération des agents de déchèterie
  • Dégradation des produits au cours des transports
  • Manque de qualité conforme aux critères des structures de réemploi/Réparation/réutilisation
  • Manque de compétence du personnel des Ressourceries (notamment en insertion) en termes de réparation (phase de préparation en vue de la réutilisation).

 

Exploitation d’un Référentiel Emploi Activité Compétence (REAC) réalisé par le Réseau des Ressourceries en 2006 :

  • Traduction de ce REAC en modules de formation = ingénierie de formation
  • Déploiement des formations aux seins des structures en ouvrant les modules aux agents des collectivités territoriales pour un partage des projets
  • Suivi des résultats des formations en termes d’acquisition de compétence
  • Suivi des incidences sur les résultats tonnages collectés en déchèterie et vente boutique
Moyens humains :
  • Gardiens de déchèterie : disponibilité pour la formation (1 journée 2 fois par an) + tout au long de l’année pour la collecte
  • Ressourcerie = personnel de collecte en moyenne 3 personne par an à 26h00 semaine + 4 personnes pour les ateliers de réparation + 2H00 hebdomadaire pour la traçabilité.
  • Réseau des Ressourceries = 1 ingénieur formation + 2 formateurs (plein temps).
Moyens financiers :
  • REAC = FSE
  • Ingénierie pédagogique = Réseau des Ressourceries
  • Formation = les structures avec une prise en charge totale ou partielle des OPCA
  • Bâche conteneur = ADEME Nationale
Moyens techniques :
  • Caissons maritimes pour les objets réemployables + bâche de communication « je suis éco citoyens »
  • Véhicules
  • Matériel de chargement/déchargement
  • Matériel de collecte préservante (sangle, caisse, etc.)
Partenaires moblisés :

Association.

Conseil général.

Conseil régional.

EPCI.

ADEME.

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

La reproductibilité est prouvée.

Difficultés rencontrées :

-

Recommandations éventuelles :
  • Construire le projet le plus en amont possible avec tous les partenaires
  • Formaliser la teneur du partenariat (qui s’engage à quoi ?)
  • Associer les gardiens des déchèteries à la démarche en proposant des formations qualifiantes : condition indispensable pour la réussite du projet.
  • Communiquer régulièrement sur la qualité des dons afin d’optimaliser la collecte préservante.