Retour à l'ensemble des resultatsPartage d'expérience
Format pdf

Animation déchets dans les entreprises

Smictom du Sud-Est de l'Ille et Vilaine

10, Rue de la Haie Robert
Parc d'Activité du Plagné
35500 Vitré

contexte

Le SMICTOM du Sud Est 35 s'est engagé dans un PLP en novembre 2009.

Au fil des années, et de l'avancement des actions proposées, nous avons pu tester un format d'animation adapté aux demandes des entreprises.

Par exemple lors de journées "HQSE" (Hygiène Qualité Sécurité Environnement) que les entreprises sont amenées a organiser une fois l'an.

C'est suite à l'une de ses demandes et aux retours positifs de l'entreprise demandeuse, que nous avons monté un dossier de demande d'animation.

En 2015, le SMICTOM propose donc des temps d'information et d'animations sur la réduction des déchets pour sensibiliser les usagers en entreprises et en collectivités.

Avec ces animations qui ont lieu dans l'entreprise, le personnel est sensibilisé à la pratique d'éco-gestes; cela permet également une sensibilisation à l'environnement et à une démarche citoyenne.

objectifs et résultats

Objectifs généraux :

Sensibiliser le personnel des entreprises à la réduction des déchets au quotidien, à la maison comme au travail.

Identifier et entrer dans les entreprises du territoire.

Aborder la gestion des déchets de façon ludique et conviviale.

Toucher les habitants sur leurs lieux de travail, plutôt que d'essayer de les faire venir lors d'événements.

Résultats quantitatifs :

182 entreprises, de plus de 30 salariés,

70 mairies,

5 communautés,

26 maisons de retraites,

soit 283 contacts ont eu l'information de cette proposition d'animation.

2 animations réalisées au 13/10/15

Résultats qualitatifs :

Permet de proposer une animation aux entreprises (nouveau public et nouvelle porte d'entrée).

Temps convivial et d'échange.

Permet de mettre en avant les partenaires du PLP.

Large choix de thématiques, ce qui permet d'adapter au mieux l'animation aux attentes.

Permet d'aborder la gestion des déchets sous un angle plus ludique et parlant.

Personnel réceptif.
 

Mise en oeuvre

Planning :

Envoi des courriers mi-mars 2015.

Les semaines qui suivent, plusieurs appels pour prendre plus de renseignements.

2 animations en juin 2015 : dans un EHAPD et dans un Hôpital.

1 animation en cours pour novembre 2015 : dans une entreprise privée d'agroalimentaire.

1 animation prévue d'ici fin 2015 : dans une mairie.

Moyens humains :

L'animatrice prévention du SMICTOM.

Un contact référent au sein de l'entreprise.

Les différents partenaires selon les thématiques : compostage, broyage, paillage, gaspillage alimentaire, entretien écologique.

Moyens financiers :

Gratuit pour l'entreprise.

Le SMICTOM prend en charge les frais lors d'un atelier réalisé par un partenaire.

Moyens techniques :

Le véhicule attitré au service prévention.

Des expositions.

Des malles de matériels illustrant la réduction des déchets.

De la documentation (papier, vidéo).

Partenaires moblisés :

Il est destiné aux entreprises privées en 1er lieu, mais également aux administrations, collectivités, hôpitaux et maisons de retraite.

Sollicitations selon les demandes, des partenaires identifiés lors des actions du PLP.

valorisation de cette expérience

Facteurs de réussite :

Proposition d'animations qu'il est possible de reproduire au sein d'autres territoires.
 

Difficultés rencontrées :

Ces animations ont lieu au sein même des entreprises, ce qui permet de toucher les habitants sur leurs lieux de travail, et pendant les temps de pause, donc convivial.

Façon d'aborder la gestion de ses déchets "moins conventionnelle", par exemple avec les dégustations pour parler du gaspillage alimentaire, ou encore la fabrication de produits d'entretien naturels pour parler des produits dangereux.

Recommandations éventuelles :

Il est nécessaire d'avoir déjà des contacts dans les entreprises pour envoyer l'information aux bonnes personnes, pour que cela puisse être efficace.

Et il faut également relancer souvent la proposition d'animation.

Il est aussi nécessaire d'avoir le soutien politique des élus locaux pour relayer l'information.